France

Voilà une affaire qui restera dans les annales de la République et qui ne sera peut-être jamais résolue. Qui est le citoyen qui n'a pas travaillé ? Qui est le citoyen qui était au fond de la salle en baillant et qui n'en avait visiblement rien à faire ? Les autorités françaises enquêtent pour trouver le citoyen responsable de ne pas avoir produit de proposition. Emmanuel Macron trouvera t'il le responsable ? Eléments de réponse.

Lorsque le président reçoit les propositions de la convention citoyenne composée de 150 blaireaux citoyens, il n'y a que 149 propositions, le chef de l'Etat s'agace : "Il n'y en a que 149 ! Il y a un citoyen qui n'a rien glandé dans cette convention, trouvez le moi !".

C'est alors que l'enquête se met en place, les plus grands commissaires de la place parisienne se mettent au travail pour trouver le branleur citoyen adepte de la procrastination. Mais l'enquête s'annonce difficile, les citoyens parlent de travail collégial et disent que tout le monde a travaillé, chose que le président rejette  "Non, il manque une proposition, il faut trouver celui qui a bénéficié d'un emploi fictif. Je suis déjà dans une merde noire et je n'ai pas besoin d'une polémique de plus".

Cette affaire fait la une des journaux du monde entier et les chefs d'état étrangers s'en émeuvent comme Vladimir Poutine qui "propose d'envoyer le fainéant au goulag" ou encore Nicolas Maduro, président du Vénézuela qui indique qu'il pourrait "placer le citoyen qui ne sert à rien dans un canon à destination des Etats-Unis".

Même Kim Jong Un propose son aide à la France en "rééduquant le citoyen avec 30 ans fermes de travaux forcés".

L'Elysée nous confirme que le chef de l'Etat étudie avec intérêt les propositions de "ces pays étrangers et amis malgré tout" ainsi que sa détermination à trouver l'intrus qui s'est glissé dans cette convention.

 

 

 

D'après Météo France, l'été ne sera pas en retard puisque le retour d'un temps chaud est prévu pour le début de semaine. Une chaleur qui devrait durer plusieurs mois et qui provoquera une cuisson lente mais certaine de la population. Du côté de l'exécutif, une loi est en préparation pour autoriser et réglementer le don de soi-même pour alimenter le marché du barbecue. Quelques détails sur ce qui attend les français cet été.

L'épidémie du coronavirus et le confinement qui a suivi ont pénalisé plusieurs secteurs de l'économie même ceux dont la presse n'a jamais parlé, comme celui du barbecue. 

C'est justement pour aider ce secteur saisonnier que le gouvernement va autoriser les français qui le souhaitent à faire don de leurs corps pour finir sur un barbecue cet été. L'idée a germé au sein de la Direction Générale des Entreprises, qui a proposé cette solution pour venir en aide à ce secteur sinistré.

Selon la DGE, "plusieurs millions de français seront cuits à point cet été et ne supporteront pas la canicule qui s'annonce".

Il y aura du fait du confinement et du ralentissement de l'économie, un effet de rattrapage qui ne pourra pas tenir face à la demande qui sera beaucoup trop forte. Plutôt que de faire don de leurs corps à la science, les français pourront servir une dernière fois dans un barbecue, nous indique le ministère de l'économie.

Alors concrètement comme faire ? D'après les premiers éléments, il faudra simplement consulter son médecin généraliste pour que celui-ci vérifie l'état de cuisson avancé du patient, si la cuisson est satisfaisante le patient repartira avec un 'bon pour abattage' et pourra se diriger vers l'abattoir le plus proche pour y être exécuté.

Les produits seront ensuite triés et mis sous pli par l'industrie et vendu sous forme de diverses pièces de viande pour barbecues. Mais la loi se veut relativement souple puisqu'on nous assure qu'il sera possible d'échapper à l'abattoir et d'être juste abattu par sa famille où ses amis à condition toutefois de respecter des règles sanitaires strictes.

 

 

 

Qu'est il arrivé à Dijon ? Pourquoi y a t'il eu des échauffourées entre des jeunes et des Tchétchènes dans cette belle ville ? Nous pensions qu'il s'agissait d'une vengeance suite à une agression d'un jeune Tchétchène, en réalité l'origine de ces affrontement serait différente selon la ministre de l'intérieur.

Christophe Castaner nous apprend que "les Tchétchènes n'auraient pas supporté la moutarde trop forte de Dijon. Ils avaient acheté dans un intermarché, des centaines de pots  qui leur serait monté trop rapidement au nez provoquant des débordements avec les jeunes de cités qui s'éteient procuré de leur côtés de la mayonnaise de contrebande".

Un témoin de la scène nous affirme qu'une dispute a éclaté avec les jeunes, la tension est monté petit à petit dans les cités avant que chaque camps se balancent à la figure des centaines de pots de moutarde et de mayonnaise. Les policiers sont rapidement intervenus et ont interpellé plusieurs pots pour les placer en garde à vue.

Les jeunes et les Tchétchènes ont été hospitalisés au CHU de Dijon pour y être traités avec des perfusions de Camomille et de Verveine.

 

 

Gestion de la crise du coronavirus en France. Hier soir, le président de la république Emmanuel Macron a fait part de sa satisfaction concernant la gestion de la crise du coronavirus. Nous revenons sur les propos de chef de l'Etat.

"Le gouvernement dans son ensemble est très fier de sa gestion de la crise du Covid 19, franchement on a été bon. Nous avons fait exploser les compteurs par l'hôpital public dans les services de réanimation et on arrive troisième en Europe en nombre de morts. Dans le championnat, nous finissons derrière l'Angleterre et l'Italie mais nous avons dépassé l'Espagne dans les dernières semaines et nous avons mis une raclée à l'Allemagne d'Angela".

En effet, sur le nombre de morts la France est excellente puisque notre pays arrive à quasiment 30000 décès quand l'Allemagne qui a plus d'habitants compte trois fois moins de décès. Cependant le chef de l'Etat confirme que la France aurait pu mieux faire :

"Nous avons été bons mais on il est toujours possible de faire mieux. Si nous avions attendus quelque jours de plus pour le confinement, nous aurions pu dépasser l'Italie, mais je me félicite quand même de nos résultats".

D'après nos sources, le gouvernement travaille à la prochaine pandémie et à pour ambition de faire de la France le champion d'Europe de la saison 2020-2021 en nombre de victimes. Une ambition pour notre pays tout a fait atteignable grâce aux efforts de notre gouvernement.

 

Après une longue enquête fouillée, nous vous révélons une information explosive dont personne n'a parlé. Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner nommé par tous les médias "le premier flic de France" ne serait en réalité pas flic. Il n'aurait même jamais exercé...

Le scandale promet d'être fracassant, on se souvient de ce journaliste allemand plusieurs fois récompensé pour ses reportages qu'il avait totalement inventés. La chose serait similaire pour Christophe Castaner qui n'aurait jamais exercé la profession de policier. Il aurait présenté un faux CV au chef de l'Etat et une lettre de motivation bidonnée.

Nous avons joint plusieurs syndicats de police et Fabien Vanhemelryck patron d'alliance police nationale n'est pas vraiment étonné : "ça ne nous étonne pas vraiment, on constatait bien que le ministre était complètement nul, il ne connaissait pas le métier de policier, il y avait des soupçons depuis le début mais sans qu'on puisse les vérifier".

Aujourd'hui c'est chose faite, nous avons découvert que Castaner n'avait jamais été flic. Par contre il a des expériences en tant que danseuse étoile, joueur de cabaret et il aurait même servi de paillasson à plusieurs groupes de pressions et lobbys avant d'évoluer vers un poste de girouette.

 

C'est une information que nous apprenons à l'instant. Le ministre de l'intérieur, Christophe Castaner veut désormais éradiquer de manière définitive les problèmes du racisme dans la police. Une nouvelle loi est désormais en préparation et a pour objectif de préserver les citoyens et de prévenir la police de toutes dérives éventuelles. Pour y parvenir, les policiers seront désormais amputés de la langue dès la réussite à l'examen d'entrée. Quelques détails sur cette évolution de société majeure.

"Le racisme est un fléau et la police doit être exemplaire même si moi je suis loin de l'être" c'est par ces mots que le ministre de l'intérieur annonce sa prochaine réforme sur la police.

Désormais, une fois le concours d'entrée réussi, les policiers seront amputés de la langue pour éviter toutes dérives. Les agents seront désormais munis d'une ardoise et d'une craie pour dialoguer avec les citoyens et les délinquants qu'ils sont chargés de combattre.

L'UNSA police s'interroge : "c'est un peu particulier comme solution, comment vont faire les policiers dans la vie privée pour communiquer avec leurs proches ?".

Le ministre de l'intérieur se veut rassurant et proposent des solutions "pour la vie de tous les jours, les policiers pourront écrire sur du papier pour communiquer avec leurs proches ou encore apprendre le langage des signes, mais utiliser l'ardoise ne sera pas possible car il s'agit d'un matériel professionnel".

Le ministère de la justice confirme que l'ardoise et la craie seront utilisables uniquement dans le cadre professionnel strict. Dans le cas contraire, les policiers pourraient être poursuivis pour abus de biens sociaux.

 

 

 

Et voilà, il fallait s'y attendre. Le coronavirus et la mise en place des gestes barrières ont complètement bouleversé la société française et son art de vivre. Les bises et poignées de mains sont en voie de disparition au profit de nouvelles attitudes qui respectent les distanciations sociales. Enquête sur ces nouvelles évolutions qui engendrent des problèmes de santé.

Notre enquête nous mène au service urologie d'une clinique de Tarascon, alors que l'équipe médicale est en train de prendre le petit déjeuner d'organiser la journée de travail, la salle d'attente est pleine de patients qui viennent tous pour la même chose, de fortes douleurs aux testicules.

Nous en profitons pour interroger José, un patron d'une petite entreprise qui pose des panneaux solaires et qui nous dit être très attentif sur les gestes barrières. "J'ai deux employés et avec mon équipe chaque matin on se salut en se mettant un petit coup de pied dans les c........ ça va bien un moment mais après ça commence à faire un peu mal. La semaine dernière, un client m'a salué avec un peu trop d'insistance et on a du appeler le samu".

Est-ce un effet de mode ou une tendance de fond ? Toujours est-il que partout en France cette nouvelle manière de se saluer se généralise. Les femmes saluent les hommes de cette manière également.

Mais alors comment les hommes font ils pour saluer les femmes ? Joséphine Grosjean, sociologue à Amiens nous répond : "En échange d'un coup de pied dans les testicules, en général l'homme caressait la poitrine de la femme qui le saluait, et qui avait tendance dans une sorte de  réflexe pavlovien à leur retourner une gifle. Il y a sur ce sujet des difficultés de compréhension et d'entente entre les deux sexes".

Après les différentes polémiques sur les masques et l'Hydroxicloroquine, les français ne savent plus comment se protéger, et cette pratique du coup de pied se développe partout mais occasionne un afflux de patients dans les hôpitaux et cliniques.

L'exécutif, par la voix d'Edouard Philippe est favorable au coup de pied et réfléchit à rendre les prescriptions de coquilles possibles par les médecins, mais la ministre de l'écologie Elisabeth Borne s'y oppose en prétextant que cela exigerait une production de plastique importante et nocive pour l'environnement.

En attendant de trouver une solution consensuelle, le gouvernement pourrait doubler voire tripler les capacités des services d'urologie du pays.

 

 

 

La crise économique due au coronavirus qui sévit actuellement fragilise les entreprises du monde entier. En France plusieurs entreprises sont en situation très difficile, parmi elles, Renault et Conforama qui annoncent dans un communiqué commun une nouvelle alliance inédite dans l'histoire économique de la planète.

Bruno le Maire, le ministre de l'économie avait prévenu qu'il ne donnerait pas d'argent à Renault si l'entreprise fermait ses usines en France, il fallait donc trouver une solution.

Le ministre a alors eu l'idée de génie de proposer aux deux entreprises de s'allier dans un partenariat original. En somme, Renault va fabriquer des voitures en bois qui seront vendues par Conforama, ce dernier deviendra le réseau de distribution de la marque au losange.

Fini donc les meubles, lave-vaisselles et cafetières que l'on trouvait chez Conforama. Désormais, l'entreprise vendra des voitures en bois flambant neuve.

La direction de Renault y voit plusieurs avantages, plus d'entretien (excepté de la cire) et plus de pannes puisqu'il n'y a plus ni moteurs ni électronique embarquée.

Cependant, si les voitures seront bien en bois, il sera possible de les conduire puisqu'elles seront munies d'un pédalier qui permettra de les faire avancer, et d'un volant pour les diriger. En plus les conduire permettra de faire du sport, surtout en côte et plus encore si vous avez des passagers.

Les quatre usines menacées de fermeture vont être reconverties en scieries. A Paris, Anne Hidalgo aurait déjà passé commande pour acheter des voitures en bois car elles sont synonymes de mobilité douce, mais aussi d'absence de pollution et de bruit. Les services municipaux de la capitale seront bientôt équipés.

Si les clients se sont montrés un peu réservés au début, les avis se montrent maintenant assez positifs. Beaucoup mettent en avant la fiabilité de ces voitures en bois qui devrait être bien meilleure que les voitures thermiques de la marque.

Du côté de l'ancienne chaîne d'ameublement on va changer de nom pour s'appeler Conforenault et devenir le concessionnaire exclusif de la marque. Une partie du personnel va être reconvertie et formée à la menuiserie pour réparer et entretenir ces nouvelles voitures.

Bruno le Maire se réjouit de cette alliance. Il n'y aura aucun licenciement ni fermeture de site, en plus c'est un grand pas pour l'écologie. Les grands groupes pétroliers comme Exxon ou Total vont profiter de cette aubaine pour se diversifier et produire de la cire et autres produits pour le bois.

 

L'affaire qui agite actuellement la paisible ville de Troyes dans l'Aube sera elle aussi haletante que l'enigme Xavier Dupont de Ligones ? L'avenir nous le dira, en attendant, nous faisons un retour sur cette mystérieuse disparition.

Tout a commencé le 12 mai dernier quand Chantal et José partent faire quelques courses au supermarché du coin. Le caddie se remplit de victuailles et parmi celles-ci, un tube de ketchup. C'est ce dernier qui disparaîtra de manière incompréhensible... Que lui est il arrivé ?

De retour à la maison, la famille s'agite autour des sacs remplis d'aliments. Les deux enfants du couple Marie et Lucas aident leurs parents à sortir les affaires quand Albert, le père de José descend accompagné de Geneviève, la mère de Chantal. Les 6 personnes mettent la main à la pâte pour ranger les 280 kilos de courses.

Lors du repas du soir autour d'un énorme plat de spaghettis, Chantal demande le ketchup. Il n'est pas là, on le cherche partout, dans le réfrigérateur, le micro-ondes ou encore l'armoire à chaussures. Les spaghettis refroidissent et là c'est le drame, les membres de la famille se disputent et s'accusent mutuellement, des éclats de voix se font entendre dans toute l'avenue, la police est appelée et intervient pour apaiser les tensions et rétablir le calme.

48 heures après, une procédure pour disparition inquiétante est ouverte par la police. On sait que le tube de ketchup a été passé à la caisse du supermarché, le ticket le prouve.

L'enquête débute, les membres de la famille sont interrogés chacun à leur tour, la police cherche qui parmi ces six personnes aurait eu intérêt à faire disparaître ce pauvre tube de ketchup innocent, et cette affaire déjà semble bien mystérieuse au point que la police et les meilleurs enquêteurs sont inquiets.

C'est Chantal qui a choisi le ketchup, elle en achète régulièrement et c'est elle qui le voulait pour ses spaghettis. Ces informations la mettent à priori hors de cause.

Pour José c'est différent, il préfère la moutarde et il s'est disputé avec sa femme lors des courses. En plus, d'après les informations de BFM TV, le commissaire Victor Morin aime lui aussi beaucoup le ketchup. La police croit donc à la culpabilité de José, du moins pour l'instant.

Les enfants du couple sont interrogés : Lucas est un garçon un peu retardé mental qui confond le ketchup avec les courgettes, et en plus il préfère la mayonnaise. Cet enfant laisse la police perplexe.

Marie, ne jure que par l'huile d'olive l'ail et le sel. Jamais personne ne l'a vue consommer de ketchup mais la police a trouvé un indice de taille. Une rivalité existe entre la mère et la fille. Marie serait jalouse des tâches de rousseur de sa mère, dans l'esprit de la jeune fille c'est grâce au 158 kilos de ketchup que sa mère consomme par an. Est-ce un motif suffisant pour une disparition ?

Vient maintenant le tour des grands-parents : Albert, le père de José n'a plus de dents. C'est un élément de culpabilité pour la police et en plus sa belle-fille l'a déjà vu manger du concentré de tomates. Il se pourrait que derrière cet homme âgé et paisible se cache un individu malsain.

Quant à Geneviève la police la pensait innocente. Elle apparaît comme une personne équilibrée et n'ayant jamais fait de mal à une mouche. Mais José son gendre a révélé aux enquêteurs qu'elle avait travaillé dans ses jeunes années chez un producteur de tomates au Mexique, le pays ou elle est née. Cet élément qu'elle avait délibérément caché éveille les soupçons de la police et de BFM TV.

Voilà ce que nous pouvons vous dire sur cette affaire qui sera peut-être l'une des plus grandes énigmes de l'histoire judiciaire.

 

 

 

 

Rappelez-vous, il y a quelques mois la députée LREM Laëtitia Avia mangeait un morceau de viande d'un chauffeur de taxi avec lequel elle n'était pas d'accord. Ce dernier avait le culot de demander de l'argent pour payer sa course, mal lui en a pris. Cette viande visiblement avariée a provoqué des accès de haine chez la députée. Enquête.

"On a voté l'amendement des PD !". Heureusement ce genre de mots insultant n'aura plus cours sur internet car des poursuites pourront être engagés à votre encontre.

La vérité, c'est que selon Mediapart la viande du chauffeur de taxi était avariée. Ce dernier était alors contaminé par la rage et en mangeant un morceau de ce chauffeur, Laëtitia Avia s'est contaminée elle même. C'est en effet le risque avec le cannibalisme où les garanties sanitaires ne sont pas certaines.

La malheureuse est alors prise d'accès de haine insultant ses collaborateurs, les méprisant et tenant des propos racistes, sexistes et homophobes.

La députée defendra son projet de loi aujourd'hui et tient à prévenir tous les pédés français "Je recommande fortement aux PD de fermer leurs gueules avant d'ouvrir la bouche, ça pourrait vous coûter cher bande de gros connards !".

Rappelez vous que les accès de haine seront sévèrement punis, Laëtitia Avia elle, bénéficie d'excuses en raison de ses problèmes de digestion.

 

 

Le mystère semble se lever peu à peu dans l'enquête sur la mystérieuse odeur qui s'est abattue sur la région parisienne. Une odeur rappelant celle du soufre ou d'oeufs pourris a été ressentie par toute la population. Nos voisins belges sont responsables de la situation.

Les belges ont été déconfinés et ont fêté le déconfinement en faisant cuire en masse des choux de Bruxelles à l'extérieur profitant du temps clément. Mais comme le confinement a duré longtemps, les belges n'ont pas retrouvé leurs automatismes sur les choux de Bruxelles, l'aliment a été mal cuit et à souffert le martyre. Et quand un choux de Bruxelles est mal cuit, il pue. On estime la quantité de choux mal cuit en Belgique à 12500 tonnes pour la seule journée d'hier, de quoi parfumer les franciliens avec des effluves qui vont durer au moins une dizaine de jours.

L'odeur est tellement insupportable que des appels sont lancés sur les réseaux sociaux pour réclamer un nouveau confinement en région parisienne. Sans attendre un mot des autorités, certains parisiens s'enferment chez eux en attendant des jours meilleurs. Une pétition circule pour que la France déclare la guerre à la Belgique.

La maire de Paris Anne Hidalgo, avait été soupçonnée un temps de provoquer cette odeur avec des flatulences à répétition. Mise hors de cause, l'édile de Paris s'est rendu en Belgique pour trouver une solution diplomatique et éviter autant que possible le déclenchement de la troisième guerre mondiale.

 

"Enfin !" s'exclame Bernard Pivot quand nous lui apprenons la nouvelle réforme de l'exécutif concernant le mariage. Suite au discours du chef de l'Etat dans lequel il incite les français à un été "apprenant et culturel", le gouvernement a pris une décision très attendue par le monde de la culture.

Personne ne pourra dire que le coronavirus n'a rien changé à notre société. Réduction de la pollution et télétravail en masse entre autres, mais c'est sur le plan de la culture que les français verront le plus grand changement.

Oubliez pour cet été les vacances au bord de la mer, l'été sera apprenant et culturel et les bibliothèques seront toutes ouvertes. Les français qui sont de véritables ignares auront la possibilité de se cultiver et d'être moins cons.

En effet, le gouvernement a travaillé rapidement pour réformer le mariage et le pacs. Désormais, au lieu de vous marier avec un être humain, vous pourrez aussi vous marier avec un bouquin.

Les livres autorisés sont les dictionnaires et livres culturels à l'exception des magazines, des BD et des livres de François Hollande. Peu d'éléments filtrent encore mais nous pouvons déjà vous dire que la cérémonie aura lieu chez le député LREM le plus proche de chez vous.

Vous pourrez choisir votre partenaire dans un supermarché ou une librairie et vous devrez, pour que votre union soit officielle vous faire tatouer le titre du livre sur le front.

La France sera le premier pays au monde à légaliser le mariage avec un livre, les français seront ils moins cons pour autant ?

L'avenir nous le dira.

 

 

La maladie de Kawasaki se répend en ile de France et touche les enfants qui ont des symptômes proches de covid 19. Mais d'après Michel Cymes, cette maladie pourrait toucher les clients de la marque verte.

Michel Cymes, le spécialiste de la médecine des médias pense avoir compris les effets de cette maladie et le public qui pourrait en être affecté, dans le journal Libération, le médecin fait part de son expertise :

"J'avais bien dit que le coronavirus était une petite gripette. Concernant la maladie de Kawasaki, c'est probablement une maladie opportuniste qui cherche à se faire un nom".

Michel Cymes affirme qu'il possède des éléments qui lui permettent de penser que la maladie va toucher les clients de la célèbre marque de moto.

"J'avais dans mon entourage un enfant qui a été touché par cette maladie, cet enfant possédait des jouets et l'un d'entre eux était une miniature de moto Kawasaki. Il risque d'y avoir une hécatombe chez les clients de la marque".

Le médecin bien connu indique qu'il a averti le gouvernement et que ce dernier va tester tous les clients. Si des clients sont positifs, ils seront confinés dans les concessionnaires de la marque.

On ne sait pas si la maladie de Kawasaki touche les motos, si c'est le cas il faudra peut être procéder à l'euthanasie de tous les exemplaires infectés.

 

 

 

 

Le budget du Sénat sera cette année encore déficitaire et la haute assemblée devra de nouveau puiser dans ses réserves qui fondent comme neige au soleil. Nous avons enquêté pour trouver la source de ce problème.

Le sujet est connu mais reste tabou, dans les couloirs de la haute assemblée peu de sénateurs ou autres personnels osent aborder le sujet. Il n'est pas bien vu de critiquer le président et de pointer son appétit gargantuesque, car c'est bien de ça qu'il s'agit, l'appétit du président.

Après une longue série d'approches et de nombreux échecs, nous tombons finalement sur une femme qui a tenu à témoigner. Comme elle a voulu garder l'anonymat pour éviter les représailles, on ne dira pas que c'est la femme de Gérard Larcher. Son épouse La femme désespérée nous confie "il n'arrête pas de manger, au restaurant, au Sénat il prend toujours trois menus différents pour le midi. Ensuite une collation dans l'après midi pour éviter une hypoglycémie".

Comme une pomme ? demandons nous.

"Non,  il va chercher quelques victuailles à la boulangerie d'en face, un gâteau au chocolat et une tarte aux citrons ou aux abricots. Il rajoute une dizaine de croissants, des parts de pizzas, cinq ou six éclairs aux cafés. De quoi lui permettre de tenir le coup jusqu'au soir".

Il mange encore ?

"Oui. Dans son bureau la plupart du temps où il dispose d'un réfrigérateur et d'une cave à vin avec de grands crus".

Ce témoignage nous est confirmé par une femme de ménage que nous avons pu contacter par téléphone :

"La première fois je me rappelle très bien en passant près de son bureau, j'entendais des bruits d'assiettes, de couverts. Cela se reproduisait souvent et toujours au même endroit,

A cette heure tardive, il ne devait y avoir personne, j'ai fini par croire que le bureau était hanté par un esprit. Et puis un jour j'ai entendu enfin une voix, quelqu'un qui chantait à tue-tête 'boire un petit coup c'est agréable'" !

Il faut savoir que le petit-déjeuner du président est un peu plus léger que les autres repas, ce qui pourrait expliquer ce grand appétit. Question de planning, il faut gagner du temps et abréger le repas du matin. Pas plus de cinq ou six fruits, quatre tartines et une dizaine de tranches de pain de mie avec du jambon, du miel et de la confiture.

Il reste maintenant à élucider la question des finances. "Tout cela part en note de frais" nous indique un comptable du Sénat en nous désignant du doigt un dossier de 30 centimètres d'épaisseur.

Les notes de frais du président ?

"Oui, j'ai déjà du retard dans le traitement, 35 heures ce n'est pas assez".

Les frais de bouche ont explosé avec 32 % d'augmentation par rapport à l'année dernière. Gérard Larcher que nous finissons par rencontrer est malgré tout conscient du problème et promet une résolution du Sénat pour résoudre cette problématique. Malgré nos questions il ne pourra pas nous répondre la bouche pleine. Politesse oblige.

 

Alors que les français sont inquiets à l'idée de remettre leurs enfants à l'école le 11 mai, le chef de l'état souhaite donner l'exemple et fera partie d'une classe de 6ème toute la journée du 11 mai. Détails sur le programme de cette journée.

C'est la porte parole du gouvernement qui l'annonce ce soir, le chef de l'état fera partie d'une classe de 6ème la journée du 11 mai et suivra les cours avec ses nouveaux camarades d'un jour.

L'école n'est pas encore encore choisie mais le chef de l'état sera doté du nécessaire pour travailler. Livres, trousse, cahiers rapporteur et compas seront regroupés dans un cartable flambant neuf.

Le chef de l'état fera son entrée en classe à 8 heures et sera présenté à ses nouveaux copains le matin de son arrivée par l'enseignant, ensuite il rejoindra une table et suivra les cours dispensés par le professeur.

A midi, Emmanuel Macron prendra son repas à la cantine et pourra faire mieux connaissance avec les autres élèves puis les cours reprendront l'après midi. D'après nos informations, le chef de l'état aurait choisi un steak frites sauce mayo comme repas.

A la fin de cette journée harassante, Brigitte Macron viendra chercher Emmanuel et une photo sera faite avec la classe, ce qui rappellera des souvenirs à la première dame.

Le chef de l'état retournera ensuite à l'Elysée pour y subir un test de dépistage au covid 19, les résultats seront annoncés par Jérôme Salomon dans sont point presse quotidien. Si le test est négatif, les citoyens pourront envoyer leurs enfants à l'école sans crainte, si le test est positif Jérôme Salomon annoncera la prolongation du confinement pour un mois, au terme duquel le chef de l'état retournera dans une autre classe.

 

Après le terrible drame de Villeneuve la garenne, le ministre de l'intérieur est remonté contre la portière qui pourrait être radicalisée mais aussi contre la révolte des banlieues. Depuis cet accident, de nombreux quartiers émotifs se rebellent, le ministre de l'intérieur souhaite un renforcement des sanctions qui seraient particulièrement sévères. Détails sur ce nouvel arsenal répressif.

Le ministère de l'intérieur et le ministère de la justice travaillent de concert pour proposer de nouvelles sanctions contre les délinquants de banlieues. Depuis plusieurs jours, les banlieues s'embrasent, c'est pour mettre un terme à ces agissements que Christophe Castaner et Nicole Belloubet souhaitent renforcer les sanctions contre les racailles jeunes de cités.

D'après les premiers éléments, chaque délinquant pourrait désormais écoper de tapes sur la main et d'un stage de citoyenneté. Alors que rien n'est encore voté, cette sanction suscite déjà l'inquiétude et le tour de vis répressif interroge.

Les réseaux sociaux témoignent de cette interrogation : "pourquoi une telle répression, c'est désormais un état policier" "un stage de citoyenneté et pourquoi pas la peine de mort tant qu'on y es ?" "l'usage des LBD aurait été plus judicieux adapté et moins sévère"...

Cependant si le stage de citoyenneté est annoncé comme obligatoire, la tape sur la main serait adaptée en fonction du délit.

Une source anonyme du ministère de la justice nous indique que cela irait d'une tape pour un vol à cinq tapes sur la main pour un meurtre et trois pour un viol. Les tapes sur la main seront données par le magistrat lui même. Si l'acte commis est particulièrement grave, le délinquant pourrait en même temps avoir droit aux "gros yeux" du magistrat.

Christophe Castaner se réjouit "on va leur coller en plus un stage de citoyenneté, les délinquants ne s'en remettront pas".

 

Après le drame qui a touché un jeune homme à Villeneuve la Garenne, le ministre de l'intérieur demande l'euthanasie de la portière de voiture de police impliquée dans cet accident, détails sur cette sombre affaire.

Tout d'abord, rappel des faits : 

Un jeune homme roule tranquillement avec une moto cross, il est en temps normal parfaitement équipé d'une tenue protectrice, d'un casque et de son attestation. Malheureusement, ce jour là, il oublie ce qu'il prend d'habitude. 

Alors qu'il s'apprête à doubler sagement une voiture arrêtée à un feu rouge, la portière, prise de folie s'ouvre brutalement et fait chuter le jeune homme au sol qui hurle de douleur, la portière lui ayant causé une fracture.

Heureusement, il sera transporté à l'hôpital et opéré. Reste maintenant nombre de questions à résoudre.

Pourquoi cette portière s'est elle soudaiment ouverte ? Pourquoi le pilote n'a t'il pas pu l'éviter ? Cette portière était elle radicalisée ? S'agit t'il d'une attaque terroriste ? Est-elle convertie à l'islam ?

Les investigations de la police ont débuté et se poursuivent, la portière a été démontée et placée en garde à vue.

Alors que l'enquête n'est pas terminée, Christophe Castaner demande l'euthanasie de la portière. Dans le même temps, le ministre annonce la création d'un permis "spécial banlieues", un permis financé par la collectivité qui incluera plusieurs épreuves parmi lesquelles :

 

- Evitement de portière

- Conduite sans casque, sans gants et sans équipements de protection

- Perfectionnement conduite rodéo

- Conduite en étant bourré et/ou drogué

- Comment conduire en état de confinement

- Conduire sans assurance

- Comment conduire sous contrôle judiciaire

- Conduite avec un engin non homologué

- Bien conduire une moto volée

 

Pris de panique, les habitants ont brûlé des voitures accusées de posséder des portières folles.

Les mesures annoncées devraient toutefois aller dans le sens d'une meilleure sécurité dans les banlieues.

Dans le climat actuel de dénonciation généralisée civisme qui touche nos concitoyens, c'est désormais au tour des entreprises d'appeler au signalement de cas de maltraitance envers leurs produits. Reportage sur la célèbre marque de dentifrice, Colgate.

C'est un tweet de la marque qui n'est pas passé inapperçu d'autant plus qu'il a été suivi par d'autres publications et messages.

La marque rappelle en effet qu'un tube de dentifrice est un objet qui a droit au respect comme tout un chacun, et que l'un des gestes élémentaires est de "refermer gentiment son tube de dentifrice et de le reposer délicatement sur son bouchon". et d'ajouter "que tout manquement à ces bons gestes peut être un traumatisme pour son tube de dentifrice et altérer la qualité de sa protection".

Colgate a mis en place un numéro vert spécial (0800 666 666 666666 666666 666666666) ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour recueillir tous les témoignages de maltraitance.

Depuis sa mise en service la semaine dernière, ce numéro reçoit entre 200 et 300 appels par jour. La marque nous indique que les cas de maltraitance sont surtout intra-familiales et les dénonciations également. "Des femmes ou des hommes traumatisés dénoncent leurs conjoints ou leurs enfants, parfois ce sont les enfants qui dénoncent leurs parents" nous confie Valérie, une des employés chargés de répondre aux appels.

Un homme, une femme ou des enfants de tous âges oublient fréquemment que le tube de dentifrice est un objet qui doit être respecté et se rendent par conséquent coupable de violence psychologique et physique, parfois à leur insu.

Alors quels sont les sanctions encourues ?

Pierre Lacombe, Directeur commercial de la marque nous confie "pour l'instant aucune, nous rappelons les bonnes consignes à respecter mais nous passerons dans un second temps à des amendes pour des cas avérés, voire à des interdictions d'acheter nos produits".

D'après nos informations, ces cas de dénonciations pourraient faire partie des griefs retenus dans les séparations et divorces, d'autant plus que les plateformes de signalements se multiplient. Une chaîne d'optique a récemment mis en place un dispositif similaire pour non nettoyage de lunettes.

Nous vous appelons à la plus grande vigilance concernant vos objets du quotidien pour leur éviter tout acte de torture ou de maltraitance.

 


 

 

 

Partout en France les professionnels de santé travaillent dur en cette période de coronavirus, mais malgré la fatigue et de nombreuses heures de travail, beaucoup d'entre eux sont conscients des efforts du gouvernement et de sa bonne anticipation de la crise. 

De nombreux témoignages se retrouvent sur les réseaux sociaux : "Ils ont fait du bon boulot" "On a de la chance d'avoir un gouvernement de cette qualité" "Respect pour nos dirigeants que je salue bien bas". Infirmiers, aides-soignants, médecins ou encore agents d'accueils, les avis sont unanimes. La gestion de la crise du coronavirus est citée en exemple et fait la fierté des blouses blanches.

C'est ainsi que Patrick Pelloux, président de l'association des médecins urgentistes demande que chaque membre du gouvernement bénéficie d'une prime "Franchement, je leur tire mon chapeau. Ces mecs là ont travaillé dans l'urgence et fait la preuve de leur réactivité".

Même son de cloche du côté des syndicats infirmiers où on loue la compétence du gouvernement "Ils sont arrivés à avoir des masques FFP2 pour eux alors que nous on en a toujours pas, forcément on est très fiers d'eux".

Plusieurs organisation syndicales demandent une prime pour le gouvernement mais conscients de la difficulté économique du pays, ils décident d'en appeler directement à la générosité des soignants.

C'est ainsi que des appels aux soignants sont faits dans tous les hôpitaux, des cagnottes leetchi sont ouvertes pour mettre en place ces primes. Et ça marche ! Par exemple, la cagnotte leetchi pour le ministre de la culture Franck Riester aurait atteint 1,77 € en douze heures. Une somme déjà rondelette pour un ministre sympathique touché par la maladie.

Patrick Pelloux nous confirme par téléphone : "ça va, on est pas les plus à plaindre. On peux donner 10 000 ou 20 000 € à un ministre pour le récompenser".

 

Il était temps d'avoir enfin des informations claires et à jour concernant l'épidémie du Covid 19 et sur ce que nous avons encore le droit de faire.

Voici une clarification qui apporte de la clarté.

 

1 ) Le confinement vous oblige à rester chez vous, vous ne devez pas sortir et il y a des contrôles et des amendes. Mais vous pouvez quand même sortir.

2 ) Ce virus qui donne les symptômes de la grippe est dans la plupart des cas bénin et se traite avec du paracétamol. Mais attention, il est mortel et il est responsable de plus de 15000 morts en France. Ce virus est lunatique, suivant son humeur il est mortel ou pas.

3 ) Les masques ne servent à rien, mais si vous en avez c'est mieux parce que ça peut servir.

4 )Le virus n'est pas en suspension dans l'air. Comment ? ah si, il est bien en suspension dans l'air, enfin apparemment.

5 ) Si vous êtes malades vous pouvez avoir des symptômes ou pas. Vous pouvez avoir des symptômes mais ne pas être malades et si vous êtes malades sans symptômes ou avec vous pouvez transmettre le virus à quelqu'un d'autre qui aura des symptômes, ou pas.

6 ) Le virus ne résiste pas à la chaleur. enfin peut-être parce qu'il se développe en Afrique où il fait chaud. Enfin il parait.

7 ) Les enfants ne transmettre pas le virus. Ah si en fait, bon ça dépend des sources.

8 ) Si vous avez des gants, ça ne sert à rien mais vous pouvez vous référer au point numéro 3.

9 ) Les magasins sont fermés. Mais il y en a qui sont ouverts.

10 ) Les animaux ne peuvent pas attraper le virus. Ah si en fait, en Belgique un chat a été contaminé par son propriétaire... enfin peut-être.

11 ) Les surfaces ont besoin d'être désinfectées car le virus est actif dessus au moins deux heures, voire douze. Est-ce qu'il aime toutes les surfaces ? Non, enfin si peut-être plus ou moins quoi.

12 ) On n'a pas de traitement. Enfin si peut-être du repos et du paracétamol parce que c'est comme une petite grippe. Mais c'est mortel et dangereux et ça va décimer l'humanité.

13 ) les tests ça ne sert à rien on n'en a pas. Référez vous aux points numéros 8 et 3.

14 ) Il faut garder les distanciations sociales, ne pas vous approcher à moins d'un mètre de quelqu'un et vous serez épargné. Ah mais non parce qu'il est dans l'air. Référez vous au point numéro 4.

15 ) Il faut éviter tout contact avec les personnes âgées. Ah mais il faut leur donner à manger quand même, heureusement elles n'ont pas beaucoup d'appétit.

16 ) Vous pouvez sortir pour besoin des animaux avec une attestation. Ah oui mais non parce qu'avec une attestation vous aurez peut-être une amende. Donc si vous aidez les animaux vous aurez peut-être une amende parce que vous ne pouvez pas sortir. Enfin si. Et si vous n'aidez pas les animaux, vous serez poursuivi par la justice.

17 ) Ne harcelez pas le personnel médical avec un cancer ou une sclérose en plaques, ça attendra. Ah non en fait n'attendez pas et allez vous faire soigner. N'oubliez pas votre attestation.

 

 

 

 

C'est une nouvelle information que nous apprenons à l'instant. Tenant compte de la situation difficile du pays sur un plan économique, le couple présidentiel sacrifie la garde-robe de Brigitte pour acheter des tests.

Après une réunion exceptionnelle au lendemain de l'allocution du président, la porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye annonce que le chef de l'Etat et Brigitte Macron ont trouvé un accord pour aider la France dans sa quête effrénée d'achats de tests.

"Il faut commander des millions de tests de dépistage du coronavirus. Emmanuel et Brigitte Macron mettent en vente 38 vielles gaines et culottes de la première dame aux enchères. Ces objets précieux seront vendus par Sotheby's" affirme Sibeth Ndiaye.

La mise à prix minimum par obet a été fixé à 25 000 €. Le chef de l'Etat espère environ 1 million d'euros qui seront entièrement alloués au budget destiné à l'achat de tests.

D'après nos informations, Daniel Cohn-Bendit mais aussi Jack Lang seraient vivement intéressés par cette vente aux enchères qui devrait avoir lieu dans les prochains jours.