Brèves

La ville de Nantes dirigée par Johanna Rolland et son équipe municipale fraîchement élue va mettre en route un plan d'action très audacieux pour développer le tourisme dans la ville. La campagne "Osez Nantes" se veut justement osée et sera totalement différente de ce qui se fait habituellement dans le tourisme. Reportage.

 "Ce n'est pas comme si c'était quelque chose d'inhabituel" nous dit Jérôme un nantais de 41 ans quand nous lui apprenons le contenu de la nouvelle campagne de promotion du tourisme. "des fusillades, vols, meurtres ou viols il y en très souvent".

La ville a en effet décidé de jouer sur ses atouts pour attirer des touristes en mal de sensations fortes. En effet, pas un mois ne passe dans cette ville sans qu'une fusillade ou encore une attaque au couteau éclate. C'est pour cela que le tout premier chantier de la nouvelle équipe municipale sera d'organiser elle même des fusillades pour redynamiser le tourisme.

La mairie s'explique dans un mail que nous avons reçu : "Une partie importante des touristes en a marre de visiter des églises et des châteaux, parce que c'est toujours pareil. Nous allons développer un tourisme actif pour aventurier courageux et si ces derniers arrivent à repartir vivants, ils s'en souviendront toutes leurs vies".

Nantes est en effet connu depuis des années maintenant pour être un haut lieu de la criminalité en France. La ville va équiper ses agents municipaux d'armes automatiques qu'ils auront le droit d'utiliser à leur guise pour mettre un peu d'animation dans la ville. Des fusils à pompes, mais aussi quelques centaines d'exemplaires d'AK47 ont été acquis par la ville à cette occasion. Diverses armes, moins onéreuses toutefois ont été achetées et seront disséminées ici ou là dans tous les quartiers de la ville pour que la population se les approprient.

Le service communication de la ville nous certifie que "Nantes c'est un peu comme les grands western avec beaucoup de morts, sauf que chez nous, c'est vrai".

Le slogan - 'Nantes : pourrez-vous en repartir ?' - est clair. La ville compte attirer des touristes en mal d'aventures par milliers.

Mais il nous manquait toutefois une information permettant de bien comprendre l'origine de cette campagne.

Comment cette idée a t'elle germée ?

Une source anonyme de la mairie finit par nous confier que "C'est ce qui s'est passée à Dijon qui a précipité les choses, Nantes n'a pas apprécié que les yeux des médias ne soient tournés que vers une ville moyenne pendant une semaine et qui a tenté en plus de détrôner notre ville et son excellence en matière de criminalité".

 

 

C'est une ancienne ministre de la santé qui s'est brillamment défendue devant la commission d'enquête et qui a su répondre à toutes les questions. Nous revenons en détail sur la polémique des masques pour tenter d'y voir plus clair.

Effectivement quand on est ministre on ne sait pas tout et Agnès Buzin l'a démontré il y a quelques jours en indiquant qu'elle pensait que le stock de masques avait été écoulé pour alimenter le carnaval de Rio.

"Je ne me suis pas inquiétée outre mesure, on disait aux français que le masque ne servait à rien et j'étais restée sur cette ligne. En plus, le carnaval de Rio avait lieu en février dernier et Jérôme Salomon m'avait dit que les masques étaient partis au Brésil pour le carnaval".

"Donc, je me suis dit qu'il n'était pas nécessaire de commander des masques supplémentaires puisque nous en avions envoyé suffisamment au Brésil et que nous en France, nous n'avons pas de carnaval".

L'ancienne ministre de la santé a eu tort de croire Jérôme Salomon : "J'ai fait preuve de naïveté, j'avais tout anticipé mais je n'avais pas prévu que le Directeur général de la santé me trahirait".

- Etes-vous bien certaine qu'il s'agissait de Jérôme Salomon ?

- Oui, j'en suis certaine. Je n'ai pas vu son visage car il m'a dit ça dans un couloir avec un masque en forme de serpent sur la tête, mais j'ai reconnu sa voix.

Il faut bien se rendre à l'évidence, Agnès Buzin avait tout bien fait comme il faut mais elle a été honteusement manipulée par Jérôme Salomon et ses équipes.

Cette information a été annoncée hier dans la grande conférence animée par Edouard Philippe et Olivier Véran. A partir du 11 mai, les français pourront être déconfinés de manière très progressive, et pour éviter tout traumatisme psychologique, les citoyens seront invités à retourner travailler en pyjama et pantoufles.

"Les français ont pris l'habitude d'être confinés comme une sardine dans sa boite, si j'ose dire. En attendant le grand plan de déconfinement que nous présenterons ultérieurement, le retour au travail devra se faire en pyjama et pantoufles pendant quelques semaines. Si vous n'avez pas de pyjama, vous pourrez retourner travailler en slip". Voilà la principale information de cette longue conférence diffusée sur tous les médias.

Cependant, des questions se posent sur la pénurie actuelle de pyjamas, bonnet de nuit, pantoufles et slips qui touche actuellement les magasins. Le premier ministre Edouard Philippe apporte un éclairage : "Nous vous invitons à garder vos vieux pyjamas troués, nous avons passé commande de pyjamas, de slips et de pantoufles en Chine et nous allons en recevoir dans les tous prochains jours, pas de panique donc".

Les autorités françaises ont confirmé par ailleurs qu'il faudrait quand même relocaliser la fabrication des pantoufles et pyjamas pour éviter toute pénurie à l'avenir.

Marion Maréchal aurait pu tout changer. Si la nièce de Marine Le Pen avait présenté des excuses pour sa couleur de peau et avait mis un genou à terre, les choses auraient peut être changé pour tous. Au lieu de cela, la jeune femme s'entête et provoque la colère de l'exécutif. Révélations sur ce qui nous attend.

Ce refus net et sans bavures de la jeune femme pourrait nous coûter cher. Dans le climat de révolte actuel, la couleur blanche n'est plus tolérable et tolérée. Emmanuel Macron réfléchit avec plusieurs membres du gouvernement à mettre un terme définitif à la couleur blanche en changeant la pigmentation de la peau.

D'après nos informations, le gouvernement prépare une réforme qui obligera les français blancs à se faire pigmenter la peau pour mettre un terme définitif à la couleur blanche, trop associée à la haine, au racisme et aux massacres depuis la nuit des temps.

Le ministère de la santé, après avoir longtemps hésité a choisi une couleur bleu schtroumpf. L'intervention se fera à l'hôpital ou en clinique et durera 5 jours. Elle sera entièrement prise en charge par la sécurité sociale.

Selon le gouvernement, cette réforme permettra de mettre un terme définitif aux conflits liés à l'origine. Les français blancs seront désormais bleu et pourront fonder une nouvelle civilisation fondée sur l'amour et la tolérance.

 

 

Le président hier soir dans son intervention à 20h02 : "on ne va pas tester tout le monde, ça n'aurait aucun sens". Effectivement, la France n'a pas assez de tests pour tester tout le monde comme le font d'autres pays.

Emmanuel Macron annonçait hier qu'une solution intermédiaire pouvait être envisagée. Tester les français une fois morts.

Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire si vous voulez bénéficier d'un test de dépistage au coronavirus.

En attendant, les citoyens doivent respecter un confinement jusqu'au 11 mai. Toutefois, le président précise que les premiers citoyens à être déconfinés seront ceux qui s'engageront par écrit à voter pour lui en 2022. Votre confinement sera prolongé si vous refusez de reconduire le président dans ses fonctions.

 


 

Aujourd'hui et demain, le ministre de l'intérieur Christophe Castaner va recevoir les syndicats de police pour tenter de trouver des pistes pour réformer cette institution très vilaine. D'après le ministre de l'intérieur une source anonyme, la technique de l'étranglement serait remplacée par une autre technique moins dangereuse. Révélations.

D'abord, le raciste le policier devra s'adresser aux individus avec déférence et le plus grand respect. Il devra demander poliment au présumé délinquant d'arrêter de commettre un acte délictuel ou criminel et de le suivre au commissariat.

Par exemple lors d'un viol en pleine rue, le policier devra convaincre le violeur de mettre fin à son acte et de l'accompagner au poste pour y être entendu mais sans faire usage de brutalité ou de propos malencontreux. Si le délinquant prend la fuite les policiers pourront le poursuivre s'ils le souhaitent, mais sans le faire chuter au sol et sans lui occasionner de blessures.

Si les policiers font face à des insultes éventuellement racistes ou des menaces, ils pourront se servir d'un pistolet à eau dont ils seront équipés.

Cependant, l'utilisation du pistolet à eau sera réglementée et régulièrement contrôlée par l'IGPN sur plainte d'un individu, notamment durant la saison d'été.

En effet, si l'eau du pistolet est froide et que ce dernier est utilisé en été, la différence de température pourrait être désagréablement ressentie par la personne interpellée qui pourrait porter plainte contre le policier.

On le voit, "la police passée au mir laine" pour reprendre les termes du ministre est en marche et cette réforme va dans le bon sens.

 

 

 

 Après quelques jours de silence, la porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye était l'invitée de Cnews. En réponse à une question qui portait sur les vacances d'été qui pourraient être impactées par le coronavirus, Sibeth Ndiaye a répondu que les français devaient s'habituer au camping.

Précisant sa pensée, la porte parole du gouvernement a indiqué sur le plateau qu'étant donné l'impact économique du virus, la plupart des français allaient vivre désormais dans une tente en rajoutant "aujourd'hui on trouve d'excellents produits à bons prix pour une ou plusieurs personnes, nous arrivons vers l'été et dormir à la belle étoile sera très agréable".

Il s'agit d'une nouvelle bourde dont le gouvernement n'avait pas besoin. Depuis, l'exécutif précise que "personne ne logera dans une tente, du moins durant le confinement".

 


 

"Ce n'est pas de ma faute si les français sont cons". C'est cette petite phrase du président qui suscite aujourd'hui la polémique, une phrase qui renvoie les français à l'hallucination collective qui a touché la population pendant plus de deux mois.

Nous apprenons en effet que durant l'épreuve du coronavirus, il n'y a pas eu de rupture dans l'approvisionnement de masques.

D'ailleurs sachez le, il n'y a pas non plus eu de coronavirus ou de Covid 19. Il n'y a pas eu de problèmes avec des tests puisqu'il n'y a pas eu de coronavirus. La France se réveille et sort de sa torpeur après deux mois d'une hallucination féroce durant laquelle on a imaginé un virus et des problèmes d'approvisionnements de masques et de tests.

Qui est donc le responsable de cette hallucination collective ? Pourquoi pendant deux mois les français sont ils sortis très peu ? D'où viennent ces mystérieuses attestations que l'on retrouve ici ou là ? Pourquoi dans les rues et magasins, les gens portent des masques ? Pourquoi la population est-elle persuadée qu'un mystérieux Jérôme Salomon était à la télévision tous les soirs pour donner des chiffres relatifs aux décès et hospitalisations ?

Beaucoup de questions qui restent sans réponses. Il faudra toute la clairvoyance de nos dirigeants pour y répondre.

 

Robert Ménard, le maire de Béziers a annoncé récemment avoir enlevé les bancs publics dans la ville héraultaise pour favoriser le confinement. C'est une nouvelle décision de la mairie qui aujourd'hui fait polémique dans la vie politique française. Le maire indique que dores et déjà, les services techniques de la ville enlèvent les routes et les trottoirs dans toute la ville.

"Il faut vraiment respecter le confinement, même une sortie de quelques minutes peut être source de contamination. J'assume cette décision difficile mais aujourd'hui nécessaire".

Les services techniques de la ville sont au travail jour et nuit dans toute la ville. La moindre trace de bitume est enlevé et les trottoirs aussi.

"Il est ainsi bien plus difficile de sortir et de mettre en danger l'efficacité du confinement" nous confie Robert Ménard.

 


 

Valery Giscard D'Estaing serait il un prédateur sexuel en série ? Les questions se posent et les langues se délient sur l'ancien président de la République âgé de 94 ans. Aujourd'hui c'est le syndicat des producteurs de fruits qui porte plainte. Nous tentons de lever le voile sur une sombre affaire.

En décembre 2018, une journaliste allemande est agressée par l'ancien président de la République qui lui a mis la main sur les fesses. Traumatisée par cette attitude, la journaliste se décidera à porter plainte 1 an et demi après.

Aujourd'hui, c'est le syndicat des producteurs de fruits qui porte plainte contre Giscard D'Estaing pour agression sexuelle. Selon ce syndicat, l'ancien président se baladerait sur les marchés à la recherche de pastèques bien mures et dodues. Il les caresserait de façon déterminée en les embrassant sans toutefois les acheter.

Les pastèques ayant toutes moins de 18 ans et comme il n'y a pas d'échanges d'argent, la justice ne peut pas retenir la tentative de corruption de mineurs. 

D'après les rumeurs, les gestes déplacés de l'ancien président auraient touchés des fruits, des plantes vertes mais aussi plusieurs personnalités, notamment Teddy Riner l'ancien judoka qui aurait été victime d'intimidation et de harcèlement lors du tournage des publicités pour la marque de voiture Ford.

D'autres révélations auront très certainement lieu dans les semaines à venir et révélèront la face sombre de Valery Giscard D'Estaing.

 

 

 

 

 

Alors que le week-end de Pâques s'approche à grand pas, Bison Futé alerte sur le trafic qui devrait être particulièrement conséquent durant cette période convoitée de vacances.

L'organisme bien connu est en état d'alerte depuis plusieurs jours et prévoit des allers-retours importants et de nombreux bouchons pour Pâques.

"Il y aura des problèmes de circulation surtout entre la cuisine et le salon, mais aussi entre le salon et les toilettes" prévient Bison futé qui indique qu'il vaudrait mieux prévoir un départ la nuit ou au petit matin très tôt. Bison futé précise également que "ce week-end verra de nombreux contacts et chocs sans gravité se produire dus à la densité du trafic".

 


 

C'est encore une fois un scandale, probablement d'état qui agite le monde politique français. Sibeth Ndiaye aurait été surprise aux toilettes avec du papier WC. Decryptage d'une nouvelle polémique.

Décidémment, la porte parole du gouvernement fait plus parler d'elle par ses actions et polémiques que par son talent. C'est encore une fois une maladresse qui fait un scandale et qui agite les réseaux sociaux. Sibeth Ndiaye a été aperçue le week-end dernier avec du papier toilettes dans les WC.

Si la chose est commune pour des millions de personnes, elle est beaucoup plus étonnante pour les membres de l'exécutif.

Que faisait Sibeth Ndiaye dans cette position ? Quel était son but ? Pourquoi était elle dans cet endroit toute seule ?

Plusieurs personnalités politiques de l'opposition s'indignent et compte se saisir de ce nouveau couac gouvernemental pour obtenir des réponses à leurs questions.

Marine le Pen, la présidente du Rassemblement National a demandé l'ouverture d'une enquête parlementaire.

Toutefois, une question reste encore posée. Combien de temps reste il à Sibeth Ndiaye dans ce gouvernement avant que l'épée de Damoclès ne finisse par tomber ?

 

 

 

 

 

 

"La sortie du confinement ce n'est pas pour demain". Ces mots durs terribles et sanglants raisonnent encore dans la tête des français depuis hier lorsque le premier ministre brisaient les derniers espoirs des naïfs qui croyaient encore à la fin du confinement le 15 avril.

Edouard Philippe en as dit un peu plus sur les conditions de sortie du confinement qui sera progressif et durera plus d'un mois. La première semaine, les français pourront sortir la jambe gauche, en cas d'erreur de jambe une amende de 135 € vous sera appliquée. Par la suite, il sera possible de sortir d'autres parties du corps mais le premier ministre donnera plus d'éléments à la presse et les conditions de sortie. A noter qu'Edouard Philippe insiste : "pour éviter tout risque de contamination, la jambe devra être emballée dans un sac poubelle noir qui devra être solidement scotché et ne pas être à l'extérieur plus de 2 heures".

A toutes fins utiles, la rédaction vous rappelle que vous n'avez pas besoin de sectionner votre jambe pour la sortir même si vous avez des outils qui pourraient faire un très bon travail d'amputation, ne les utilisez pas.

 

 

 

 

 

 

 


 

On a tendance à imaginer faussement que le confinement pénalise uniquement les français de basse extraction. En réalité, il faut se rendre compte qu'il pénalise aussi les français de haut niveau comme le premier ministre, Edouard Philippe. Ce dernier va d'ailleurs profiter de la réouverture des coiffeurs pour se refaire une beauté. Reportage.

Alors qu'il est dans son salon de Matignon, le premier ministre se désespère en se regardant dans la glace. "Que diable, j'ai l'air d'un bouc ! L'âge arrive et j'ai l'air d'un vieux, que m'arrive t'il ?".

C'est alors qu'il empoigne son téléphone pour prendre rendez-vous immédiatement chez le coiffeur pour se refaire teindre la barbe car en effet, le côté gauche est blanc. Les français l'ont vue et le sujet a alimenté bien des conversations dans les foyers suscitant parfois des disputes et des tensions. Certains mettent en avant que cette teinte bicolore va parfaitement bien au premier ministre, d'autres pointent du doigt l'aspect négligé et indiquent que cela ne fait pas sérieux pour un homme de ce niveau.

Edouard Philippe va mettre tout le monde d'accord en se rendant au plus vite chez le coiffeur. Ce sujet polémique fracture la société et les français se chamaillent entraînant le pays dans une division dangereuse.

 

 

 

 

 

 

Après avoir été réélu aux dernières élections municipales, la maire de Sanary sur mer va faire cadeau à tous les habitants de sa commune d'une laisse pour chien qu'ils devront porter autour du cou en continu durant l'épidémie de coronavirus.

Les consignes du maire sont très claires : "il faudra porter la laisse de 10 mètres autour du cou et attacher l'autre bout à la poignée de porte, et une fois que vous ne pouvez plus avancer c'est que vous n'avez plus le droit".

Concernant les questions relatives au fait de promener son chien par exemple, le maire indique qu'il sera permis de faire chier et pisser le chien sur le palier ou le paillasson du voisin.

Voilà qui devrait mettre de l'ambiance dans le voisinage.

 

 

 

 

 

 


 

"Oh non des brocolis !" "Fais chier, encore des brocolis..." Qui n'a pas entendu ce genre d'arguments quand vient l'heure du déjeuner et qu'une odeur de brocolis se répand dans toute la maisonnée ? Conscient des nombreux problèmes que le brocolis engendre dans les familles, ce dernier sera bientôt éliminé de nos assiettes.

C'est en effet un problème récurrent avec le brocolis car il ne plaît pas à tout le monde. Il est vert, il à un goût bizarre et son odeur à la cuisson n'attire pas les foules. Certains français adoptent la méthode d'un certain Casimir, un cuisinier des années 70 qui était l'auteur du Gloubi-Boulga, un produit qui a le mérite de noyer le brocolis dedans et de lui faire perdre son goût et son odeur sans altérer toutefois ses vertus nutritionnelles.

Mais le Gloubi-Boulga est difficile à faire, et en plus c'est dégueulasse. C'est en prenant en compte cette réalité que le gouvernement, par la voix du ministre de l'intérieur Christophe Castaner, a décidé de rétablir la peine capitale pour mettre fin à l'invasion du brocolis dans les assiettes.

La peine capitale pour les brocolis sera en fonction dès le début de l'année 2021.

L'un des légumes les plus détestés du pays ne sera donc plus produit, les stocks seront détruits au moyen de grosses casseroles dans lesquelles les légumes seront cuits jusqu'à disparition complète.

Si vous aimez les brocolis, vous pouvez encore en acheter et les manger avec ou sans Gloubi-Boulga

 

 

 

 

C'est une information qui nous vient d'une source anonyme de Matignon. Selon cet informateur, le cabinet du premier ministre réfléchirait à mettre en place une solution d'expédition des patients très touchés de l'est de la france par des sociétés de livraisons de colis comme Chronopost ou encore DHL.

Cette proposition serait en cours d'étude à Matignon pour faire face à la pénurie de trains médicalisés. L'intérêt pour l'Etat de procéder à l'expédition des patients par colis express se trouve dans les économies. En effet, un train médicalisé coûte beaucoup plus cher qu'un simple colis.

Le patient serait directement acheminé à l'hôpital concerné, un bracelet d'identification permettrait de retrouver le patient rapidement en cas de perte de colis.

Notre informateur nous confirme "les services du premier ministre réfléchissent à présenter cette solution de manière très pédagogique.. les risques qu'elle soit mal perçue par les français sont réels".

 


 

C'est une nouvelle déclaration de la porte parole du gouvernement qui fait polémique sur les réseaux sociaux. Une déclaration qui s'adresse spécialement aux femmes enceintes qui pourraient avoir la mauvaise idée d'accoucher en cette période de coronavirus.

"Comme l'a dit le chef de l'Etat, nous sommes en guerre. Il faut que chacun fasse des efforts et ce n'est pas nécessaire d'encombrer les hôpitaux pour un accouchement. Dans la mesure du possible, le gouvernement demande aux femmes enceintes de reporter leurs accouchements de plusieurs mois ou d'accoucher chez elles si elles sont pressées".

Le système de santé se remet doucement de la crise du coronavirus, le gouvernement pointe les goûts de luxe dangereux des femmes enceintes dont le premier réflexe est de se rendre à la maternité pour accoucher.

"Dans la nature, les femelles mettent bas sans maternité ce qui prouve bien que cela reste possible. Les françaises doivent s'en inspirer et arrêter de saturer les hôpitaux avec leurs grossesses".

 

C'est dans une petite ville à une trentaine de kilomètres de Foix que Gabriel, en éleveur de crotales et de mygales a découvert dans un abri éloigné de son exploitation un élevage de masques abrité par quelques bottes de pailles.

"C'est ce matin, quand j'allais chercher des souris pour donner à manger à mes serpents que j'ai découvert cet élevage. Je pense que mon arrière grand père avait du vouloir se diversifier en s'intéressant aux masques et puis il a du oublier.. Il y a eu  la guerre et les masques se sont reproduits en nombre depuis".

Depuis cette nouvelle, Gabriel s'apprête à recevoir la visite de tout le gouvernement, Jérôme Salomon devrait faire partie de la délégation. L'éleveur ariégeois a décidé de faire don de ses masques (qui ne servent à rien) à la France.

C'est une consécration pour Gabriel qui devrait recevoir selon nos informations la légion d'honneur et la croix du mérite très bientôt.

 


 

Entre la confusion et les erreurs de la carte du covid19, des départements qui auraient du être en vert se retrouvent en rouge ou orange. Dulux Valentine vient au secours du gouvernement et lui apporte une solution clé en mains.

"C'est compliqué, on a beaucoup hésité sur les couleurs, les nuances" Jérôme Salomon se confie sur les difficultés et les départements à colorer en rouge ou vert. "Au début, on pensait faire rouge et noir mais ca aurait vraiment fait penser à Jeanne Mas qui en plus aurait pu nous attaquer en justice".

"On y comprenait plus rien, on mélangeait les couleurs, les chiffres c'était le bordel".

Et puis Jérôme Salomon a été touché par la grâce et à eu l'idée de génie de faire un appel à Dulux Valentine pour régler le problème.

En résumé, le célèbre fabricant de peinture va repeindre toutes les routes de France en rouge et en vert  pour que ce soit plus clair pour les français. Ainsi plus aucune excuse ne sera valable si vous vous trouvez sur une route rouge.

Dulux Valentine est déjà en train de travailler pour que tout soit prêt à compter du 11 mai comme le veut le marché de 12 milliards d'euros passé avec l'entreprise.

 

 

C'est le ministre de l'agriculture qui le dit ce matin sur BFM TV. "J'appelle tous les glandeurs qui se la coulent douce à cause du Coronavirus à se sortir les doigts du cul et à faire du bénévolat dans l'agriculture".

Le ministre précise sa pensée concernant cet appel à travailler puisqu'on la France est en état de confinement.

"Oui on a dit aux gens d'arrêter de travailler si possible pour éviter la propagation du virus mais là il ne s'agit pas de travailler mais du faire du bénévolat. Le bénévolat n'est pas concerné par les mesures de confinement et j'appelle les glandeurs et les branleurs à aller dans les champs pour aider les agriculteurs. Si ces derniers sont gentils, il leur fileront peut-être une endive ou une carotte".