Les images ont fait le tour du monde. Hier, à l'occasion d'une rencontre officielle en Turquie, la présidente de la commission a été surprise à l'idée de s'asseoir sur un canapé. Nous sommes en mesure de vous raconter ce qu'il s'est passé une fois les caméras hors de la salle. Un reportage édifiant.

La rencontre était tant attendue et le président Erdogan était très ému de la rencontre avec les représentants européens. Il venait à peine d'arrêter de se moucher et d'essuyer ses larmes de joie (avec le même mouchoir) avant de rentrer dans la grande salle où la rencontre a eu lieu.

 

Erdogan ne veut pas d'Ursula sur ses genoux

 

C'est alors que la rencontre pris un tour inattendue. Ursula fut surprise de constater la présence de deux chaises et de deux canapés alors qu'elle s'attendait en réalité à s'asseoir sur les genoux du président Erdogan.

Quand le chef turc lui désigna sa place, la présidente laissa échapper sa surprise en marmonnant un 'Oh' de mécontentement et consentit à s'asseoir sur un canapé particulièrement moche.

Entre les représentants européens et turcs, tout avait pourtant été négocié à l'avance, y compris la décoration de la salle. A l'initiative des européens, la salle devait être décorée aux couleurs de Goldorak, un dessin animé japonais, mais très appréciée par Ursula.

Et là patatras, la salle arbore un vulgaire décor façon palais de Versailles avec des dorures et des tableaux partout. Ursula est contrariée de ce premier affront. On la voit ensuite s'asseoir par dépit sur la canapé.

La rencontre se poursuit ensuite sans les caméras, et c'est là que les choses changent.

 

Refus net de s'asseoir en tailleur

 

Ursula se lève et fait un scandale. Tout y passe, il n'y a pas d'illustration de Goldorak, le canapé est affreux et le turc assis en face d'elle a une tête d'abruti.

La présidente exige une chaise mais il n'y en a pas car elles sont toutes en réparation. Les turcs cherchent une solution pour satisfaire la présidente de la commission et lui propose de s'asseoir par terre en tailleur. Refus net, Ursula à de l'arthrose et s'asseoir en tailleur signifierait pour elle ne plus être en capacité de dénouer ses jambes et la condamnerait à rester dans cette position à tout jamais.

Le président Erdogan affirme qu'il aurait pu "proposer à la présidente de s'asseoir sur ses genoux mais ça le gène parce qu'il a acheté un pantalon tout neuf et que ça ferait des plis et qu'il serait obligé de le repasser pour les faire partir".

On croit alors que c'est l'impasse, Ursula est toujours debout avec les bras croisés. C'est alors que le turc à la tête d'abruti trouve l'idée de génie en s'adressant au président Erdogan : "Président, et si on proposait de la faire asseoir sur des WC turcs ?".

 

Les WC turcs emballent Ursula Von Der Leyen

 

Ursula Von Der Leyen exulte et applaudit frénétiquement à cette idée : "Oh oui, quelle idée géniale ! J'ai toujours trouvé cela merveilleusement amusant, ce sera une première fois pour moi !".

Erdogan demande alors à ses services de se précipiter pour récupérer les premiers WC publics non loin de là qui sont dessoudés et ramenés illico dans la salle de réunion.

On demande alors à la présidente si elle souhaite que les WC soient désinfectés, Ursula répond : "non ce n'est pas la peine car c'est tellement plus drôle comme ça".

La présidente de la commission s'accroupit alors (en gardant ses vêtements) sur les toilettes turques pour participer à la réunion. Cependant selon les habitudes de la Turquie, Ursula a du laisser sa place quelques minutes pour que le président Erdogan, son collaborateur à la tête d'abruti et Charles Michel puissent uriner dans les WC de la présidente.

L'histoire par contre ne dit pas si la présidente de la commission a profité de ces toilettes pour en faire une.