Sale période pour Alice Coffin. Après avoir été agressée par des fleurs à Rouen lors d'une conférence sur le féminisme, la conseillère de Paris a subi une autre agression violente chez elle. Enquête et témoignage dans cet article.

Vous en avez été tous témoins tant les médias en parlent et de nombreux intervenants, les larmes aux yeux, apportent leur soutien à la militante féministe agressée. A Rouen, alors qu'Alice était gentiment assise sur l'estrade, un homme blanc et en costume (probablement équipé d'une verge, alors qu'Alice n'en a plus) s'est mis à genoux devant Alice Coffin et lui a offert un bouquet de fleurs. 

 

Les fleurs du mal

 

Au delà de cette terrible agression d'extrême droite, Alice Coffin a été aussi victime de propos lesbophobe et violents puisque ce dangereux individu lui a dit en plus 'je sais que vous ne mangez pas de ce pain là mais je me permets de vous offrir des fleurs'.

Malgré tout, et suite à cette violence inouïe la conférence a pu se poursuivre paisiblement. De retour chez elle, la militante enfile son pyjama à l'image de Barbie et va se coucher vers 17h30 pour une bonne nuit de sommeil de 18 heures environ.

Et là, dans la nuit c'est le drame. Alice Coffin subit une autre agression, chez elle cette fois.

 

Agressée par son oreiller

 

Entre 1h23 et 5h48, un oreiller Qu'Alice coffin avait placé sur une armoire à côté de son lit fait exprès de tomber sur la pauvre victime qui se réveille en sursaut et en sueur.

La police se rendra rapidement sur les lieux de l'agression et mettra en garde à vue l'oreiller agresseur. L'enquête démontrera si l'oreiller est un militant d'extrême droite.

Suite à cette nouvelle agression, les soutiens de la militante ont été de nouveau pris de sanglots et se sont lamentés sur les idées de l'extrême droite qui contamine désormais même les oreillers et les traversins.

Nous avons réussi à contacter Alice Coffin, encore bouleversée, qui nous a apporté son témoignage :

 

La rédaction : Vous étiez vous remise de l'agression de Rouen ?

AC : A peine, j'étais encore tétanisée par la peur. Voir cet individu blanc et ravagé par le masculinisme me tendre des fleurs a été un traumatisme réel. Je me demande toujours comment les femmes peuvent endurer de telles humiliations et tortures. Si nous arrivons au pouvoir, il va falloir que nous les mettions au zoo.

La rédaction : Qu'est il arrivé au bouquet et à ce terrible individu qui vous l'a offert ?

AC : J'ai demandé à un exorciste de venir s'occuper des fleurs du mal, mais il a refusé de venir. J'ai demandé qu'on enferme le bouquet dans une caisse de bois, qu'on y mette de l'acide sulfurique dessus et qu'on l'enterre. Et pour le masculiniste blanc, j'ai demandé la même chose....

La rédaction : Quels étaient vos rapports avec votre oreiller ?

AC : Je l'utilisais il y a très longtemps mais je m'en étais séparée depuis. Je le trouvais trop blanc, il refusait de se plier comme il faut, je le trouvais un peu réfractaire.

La rédaction : Savez-vous si cet oreiller était un militant politique d'extrême droite ?

AC : Il ne m'en a jamais parlé, mais ça ne m'étonnerait pas. Il est resté pendant des années sur l'armoire et le jour même de l'agression, il me tombe dessus en pleine nuit. Il devait avoir sa carte au RN.

La rédaction : Comment cela s'est il passé ?

AC : Il a probablement tenté de m'étouffer en me tombant dessus. Comme j'étais choquée par l'agression aux fleurs, j'ai réagi très vite et je l'ai violemment repoussé. Je lui ai donné des coups de poings et de pieds. J'ai hurlé pour alerter les voisines.

La rédaction : Les voisines ? Vous voulez dire les voisins ?

AC : Ah non. Les voisines. J'ai un cri de guerre qui n'est que pour les voisines. C'est un truc entre nous, quand je chante en hurlant chapi-chapo elles arrivent. Elles ont appelé les mecs violents, comment on les appelle déjà ?

La rédaction : La police ?

AC : Ah oui c'est ça. J'espère qu'il ne va pas s'en sortir avec tous ces flics d'extrême droite... 

Comme toutes les pleureuses habituelles, tous les représentants du camp du bien, nous apportons tout notre soutien à Alice Coffin victimes de terribles agressions en séries.

Le gouvernement fait face depuis quelques semaines à la polémique suite aux tribunes des généraux et des militaires. Dans valeurs actuelles, la tribune des militaires recueille des centaines de milliers de signatures et met sous tension le pouvoir. Depuis, c'est une nouvelle tribune qui attaque le gouvernement et qui vient d'être publiée par la revue 'Circus magazine'. La tribune signée par les grands noms du cirque dénonce l'attitude du pouvoir. Témoignages.

la couverture de Martine qui illustre les problèmes intimes du ministre Darmanin

Dans le débat entre le premier flic de France et Marine Le Pen jeudi soir sur France 2, le ministre s'est confié sur des problèmes intimes qui le rongent depuis de nombreuses années. "Elle est molle" a t'il déclaré quand Thomas Sotto est revenu sur ses frasques judiciaires. Nous étions dans les coulisses après l'émission.

Joseph, le radar de 1ère génération est en fin de carrière

Encore une fois nous soulevons un problème que la presse traditionnelle n'a jamais évoqué : La période difficile vécue par les radars depuis la crise sanitaire. Nous avons interrogé Joseph, un radar d'ancienne génération perdu sur une route de l'Allier, entre espoir et désespoir, une confession sincère et bouleversante. 

allocation chômage, les millionnaires touchés par la précarité

Le gouvernement, qui n'est jamais à un coup de Trafalgar près prépare en catimini, et pendant la période des fêtes un projet de loi qui vise à faire des économies et donc à plonger la pays dans un peu plus de précarité. Alors que les français sont roulés en boule auprès du sapin et des cadeaux, la mesure choque l'opinion publique. Elisabeth Borne, la ministre du travail souhaite interdire à tous ceux qui paient l'impôt sur la fortune immobilière de percevoir des allocations chômage. Reportage.

Quiche lorraine que Lorraine n'a jamais sur elle

C'est un témoignage bouleversant que nous recevons. Lorraine, une jeune lorraine de 28 ans joue de malchance car depuis sa plus tendre enfance les gens lui demandent si elle a une quiche sur elle et malheureusement, ce n'est jamais le cas. Eclairage sur une situation douloureuse.

A l'heure où on parle beaucoup en France de la communauté amish dans le débat qui agite le pays sur la 5G, nous avons retrouvé un de ses membres qui refuse toute évolution et technologie. Nous l'avons interrogé pour en savoir plus.

Une histoire très originale que nous vous racontons aujourd'hui. Depuis janvier 2015, Serge vit un véritable enfer. En effet, il a les plus grandes difficultés à mettre son prénom en avant. Tous ses interlocuteurs refusent de l'appeler Serge au prétexte que ce prénom est nul. Toutes les personnes qui croisent sa route l'appellent Charlie. Un reportage troublant.

Cette histoire fascinante nous est révélée par josiane, une habitante de Montélimar qui a décidé de faire installer un accès internet à ses parents âgées domiciliés à Fussy, un village situé près de Bourges. Josiane n'avait pas prévu ce qui s'est passé par la suite. Reportage.

Le racisme est décidemment un fléau qui touche tous les domaines de la société. Aujourd'hui on apprend que l'ancien tennismen français accuse le racisme d'avoir ruiné sa carrière. Eclairage sur un problème méconnu.

C'est un témoignage qui nous vient de Colmar dans le Haut-Rhin. Sarah, une trentenaire nous fait part de l'attitude désarmante de son chien face au confinement qui n'en a absolument rien à glander. Détails sur une affaire qui parasite une relation jusque là sans nuages.

Une file interminable de voitures devant un McDo, voilà des images qui sont encore dans toutes les mémoires. Parmi ces nombreux impatients qui attendaient de bien manger se trouvait une célébrité, Doc Gynéco. Nous l'avons interviewé.

C'est une histoire particulière que nous vous racontons aujourd'hui. Un de nos reporters stagiaire s'est rendu (la peur au ventre) en Transylvanie dans le château du comte Dracula pour recueillir son témoignage sur le confinement. Un reportage exceptionnel.

Un nouveau drame provoqué par le coronavirus touche une personnalité connue et appréciée de tous. Christophe Barbier le journaliste bien connu pour avoir exécuté un poirier sur le plateau de BFM TV et plusieurs raps dont un en hommage au président de la République, a fait part ce matin de la tragique disparition de son écharpe rouge. Une confession bouleversante.

Encore une nouvelle prise de position du philosophe bien connu Bernard-Henri Levy, que nous rencontrons dans l'une de ses modeste demeure de 640 m2 face à l'océan atlantique. Confortablement assis dans un canapé d'angle en cuir de 8 places couleur crème, le philosophe assume devant nous une prise de position courageuse.

Après avoir vertement critiqué le professeur Raoult, Daniel Cohn-Bendit apporte un peu plus de précisions et se laisse aller à quelques confessions bouleversantes sur une carrière qu'il aurait aimé tant exercer.