C'était dans la semaine, le ministre de l'intérieur et de la justice avaient organisé une petite réunion en terrain neutre (dans la salle communale de Salles de Villefagnan - Charentes). Devant le maire et le conseil municipal du village, les deux ministres avaient pratiqué un simulacre de combat en respectant les mesures barrières.

Le ministre de l'intérieur était muni d'une matraque télescopique et celui de la justice était équipé d'une grande épée découpée dans du carton. Au cours de cet affrontement, les deux ministres ont conclu qu'il était tout à fait possible d'agresser quelqu'un sans pour autant lui faire courir de risque sanitaire.

Les deux ministres étaient masqués et ont été testés négatifs au Covid. Dans sa communication Gérald Darmanin a été clair avec les criminels : "Ce n'est pas bien d'agresser quelqu'un. Mais si vous le faites mettez un masque et privilégiez les armes où vous pouvez vous tenir à distance de la victime comme une arme à feu ou une longue épée".

Eric Dupont-Moretti confirme "l'important c'est quand même d'éviter tous risques de contamination au coronavirus, et de ne pas se laisser aller au complotisme et au sentiment d'insécurité".

Le ministère de l'intérieur dans un communiqué hier soir a pris acte de la décapitation exercée par un jeune tchétchéne de 18 ans à l'encontre d'un professeur d'histoire mais pointe le risque de contamination : "Le jeune homme n'a pas respecté les mesures barrières et n'était pas masqué, il aurait en plus pu faire prendre un risque de transmission du virus à son entourage. Heureusement il n'en est rien, les deux personnes sont décédées et sont négatives aux tests pratiqués sur les dépouilles".