Cette mésaventure pour le moins cocasse est arrivée à Julie, une trentenaire résident dans un village proche de Clermont-Ferrand. Au retour de ses congés, la jeune femme constate que sa petite maison a été cambriolée. Elle appelle immédiatement la police qui trouvera le coupable très vite. Détails sur une affaire hors normes.

"J'ai été très choquée, quand je suis rentrée, j'ai tout de suite sentie qu'il y avait quelque chose d'anormal. J'ai très mal vécue cette intrusion chez moi" affirme Julie devant la une multitude de journalistes attentifs.

En effet, la police sur place très vite constate que la maison n'est pas rangée comme il faut. Tout est désorganisé, il y a une bibliothèque mais des livres sont disposés sur la table basse et tous les stylos ne sont pas rangés dans un pot à crayons.

 

La maison n'est pas bien rangée

 

L'inspecteur de police Gabert du commissariat de Clermont-Ferrand fait la remarque à Julie sur la tenue de son intérieur. Une tenue qu'il désapprouve et qui justifie selon lui presque le cambriolage. "Vous prenez un cambrioleur lambda, il rentre dans une maison où les stylos ne sont pas tous au même endroit et où des livres traînent sur la table basse ou sur la table de chevet alors qu'ils devraient tous être dans la bibliothèque et bien rangés.... ça a de quoi énerver un cambrioleur...."

Même chose dans la salle de bains où une brosse a dents n'est pas dans son verre mais posée à plat sur le lavabo. L'inspecteur Gabert est intraitable, visite toutes les pièces et relève des infractions multiples au code de l'aménagement intérieur. Julie sera verbalisée ultérieurement.

La jeune femme s'emporte : "Je ne comprends pas, je vous dis que j'ai été cambriolée et tout ce que la police trouve à faire, c'est me faire des reproches sur la manière dont j'aménage ma maison !".

 

Une carte d'identité retrouvée mais une passoire disparue...

 

Finalement après un inventaire complet, la police constate qu'une passoire en plastique a disparu et retrouve dans la cuisine la carte d'identité de Gilbert, un voisin de Julie. La police se rend immédiatement au domicile du malfaiteur qui habite juste en face de sa victime et procède à une garde à vue.

Gilbert reconnaîtra durant sa garde à vue faire partie des 'voisins vigilants'. Il s'agit d'une organisation qui surveille la maison des voisins quand ceux-ci partent en vacances, de plus il reconnaît aussi posséder les clés de Julie.

"Mais c'est justement Julie qui me les a données ! J'arrose les plantes quand elle n'est pas là" La victime du cambriolage confirme les propos de Gilbert.

La police, décidée à résoudre cette affaire interroge Gilbert sur la passoire volée : "Je n'ai pas volée cette passoire, je l'ai empruntée pour faire des pâtes, la mienne venait de me lâcher et j'allais lui ramener mais je n'ai pas eu le temps parce que je cherchais ma carte d'identité partout".

Finalement après 48 heures de garde à vue, Gilbert rentrera chez lui et Julie ne portera pas plainte.

De surcroît, l'inspecteur Gabert a décidé de ne pas verbaliser Julie pour son aménagement intérieur. Voilà une histoire qui finit bien.

Dans le courant du mois de juillet, Norbert un paisible retraité vivant à Agen avait totalement disparu sans prendre aucun de ses effets personnel. Martine, son épouse avait alors alerté la police et une enquête pour disparition inquiétante avait très vite démarré mais n'avait pas donné de résultats. Mais depuis hier, le mystère est résolu. Reportage.

Les plus jeunes ne se souviendront pas du muppet show, une célèbre série britannique de l'époque dans laquelle Piggy la cochonne jouait un des rôles principaux avec Kermit la grenouille. Nous avons retrouvé la trace de Piggy, elle vit désormais dans l'anonymat dans la campagne chinoise en compagnie de son compagnon Kermit. L'actrice gravement atteinte par une forme de grippe porcine pourrait être à l'origine d'une nouvelle pendémie mondiale. Une enquête qui va nous mener au bout du monde.

La scène de torture se déroulait dans un appartement de la banlieue lyonnaise. Dans ce logement, Yves âgé de 64 ans faisait subir à son ordinateur des souffrances quotidiennes. Il a été arrêté par la police après un énième acte de brutalité envers son disque dur. Récit d'une histoire sordide.

"Ce n'est pas de ma faute si les français sont cons". C'est cette petite phrase du président qui suscite aujourd'hui la polémique, une phrase qui renvoie les français à l'hallucination collective qui a touché la population pendant plus de deux mois.

L'affaire qui agite actuellement la paisible ville de Troyes dans l'Aube sera elle aussi haletante que l'enigme Xavier Dupont de Ligones ? L'avenir nous le dira, en attendant, nous faisons un retour sur cette mystérieuse disparition.

Le mystère semble se lever peu à peu dans l'enquête sur la mystérieuse odeur qui s'est abattue sur la région parisienne. Une odeur rappelant celle du soufre ou d'oeufs pourris a été ressentie par toute la population. Nos voisins belges sont responsables de la situation.

Est-ce une agression ou un accident de travail ? L'enquête ouverte par la chaine et le visionnage de la séquence permettra de mieux comprendre ce qui est arrivé à l'animateur. En attendant d'avoir plus d'informations, un retour sur la situation s'impose.

C'est un fait divers troublant qui nous vient de Belgique, l'utilisation d'un économe a mal tourné et a causé un accident dramatique. Récit d'un petit déjeuner malheureux.

Une salade de tomate coupable

Le Coronavirus serait-il un article de la réforme des retraites ? Un article salvateur qui permettrait enfin aux régimes de trouver le chemin de la propsérité en éliminant ceux qui bénéficient d'une retraite et ceux qui s'en approchent dangereusement ? Et si le Coronavirus avait été fabriqué dans la cuisine du nouveau haut-commissaire aux retraites Laurent Pietraszewski ?