Economie

Depuis des années, l'inégalité entre les hommes et les femmes maintes fois dénoncée persiste encore et toujours. Malgré les lois, les femmes d'une manière générale sont toujours moins bien payées que les hommes à travail égal. Marlène Schiappa a pourtant émis une proposition qui trouve un écho très favorable auprès du MEDEF. Une baisse de 20 % de salaire des hommes est attendue. Enquête.

C'est au cours d'une soirée conviviale avec les représentants du MEDEF, des syndicats et des membres du gouvernement que Marlène Schiappa complètement bourrée très émue fais cette proposition étonnante. L'idée part d'un constat simple, puisqu'il est très difficile d'augmenter le salaire des femmes, on va donc baisser celui des hommes pour tendre vers plus d'égalité.

Le patron du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux se réjouit d'autant plus que la proposition ne concerne pas les patrons et grands cadres masculins des entreprises, juste les salariés.

L'organisation patronale y voit plusieurs avantages, notamment une arme de plus dans la lutte contre l'obésité. En effet, avec un salaire réduit, le salarié sera contraint d'orienter ses dépenses vers des postes très essentiels, fini donc le pot de Nutella qui fait grossir.

La secrétaire d'Etat à l'égalité hommes-femmes se réjouit également : "les femmes vont enfin pouvoir se venger de ces salauds d'hommes qui les ont maltraitées pendant des centaines d'années". Pour autant Marlène Schiappa assure que ce n'est pas sa haine envers la gent masculine qui lui a inspiré cette idée, mais une bonne caisse de vin blanc qu'elle a bu toute seule".

"C'est un peu comme le cannabis où certains jeunes qui en consomment disent que ça booste leurs capacités cérébrales, pour moi c'est juste l'alcool qui a provoqué cette idée particulièrement brillante".

La mesure sera mis en place dès 2021 pour tous les salariés hommes. Pour certains très mal payés, ils n'auront plus aucun salaire mais ils seront contraints de donner de l'argent tous les mois à leurs entreprises.

 

 

 

On ne le savait pas bien sur, mais le milliardaire bien connu Bernard Arnault est un passionné de Monopoly. Cette passion de longue date est en train de prendre un tournant étrange et entraîne l'homme d'affaires vers une situation dangereuse.

Il existe toutes sortes d'addictions, alcool et drogue sont les premières à venir à l'esprit. Mais saviez-vous que le terme médical "Monopiolatostase aiguë" désigne une addiction au Monopoly ? Cette maladie étrange touche les enfants comme les adultes et prend sa source dans la soif de victoires et de conquêtes que provoque le célèbre jeu de plateau.

L'homme d'affaires français est touché par cette terrible maladie qui lui fait perdre la raison. "Quand il était enfant, il voulait toujours gagner. Si par malheur il venait par perdre, il jetait le jeu par terre, courait dans sa chambre s'enfermer pendant des jours" nous confie une de ses proches.

"A l'âge de neuf ans, il a pris un avocat pour attaquer sa grand-mère qui lui avait occasionné une longue série de défaites et provoqué sa ruine" indique une de ses nièces qui a tenu à garder l'anonymat voulant à tout prix éviter un procès.

Mais désormais ce n'est plus un jeu, l'homme d'affaires est en passe de réaliser un vieux rêve d'enfant, racheter toutes les propriétés de la rue de la paix, il ne lui manque qu'un immeuble de 6 étages et un hôtel particulier.

Sophie Delanoix, représentante de la CGT chez LVMH nous affirme que "le patron est complètement siphonné !" en plus il a "fait repeindre les locaux du siège social de LVMH aux couleurs du Monopoly.

"Vous imaginez ? Ça ne fait pas très sérieux pour un groupe de luxe" affirme la syndicaliste.

Des centaines de millions, voire des milliards d'euros auraient été dépensés pour racheter les propriétés de la célèbre rue située à deux pas de la place Vendôme. Mais alors, qu'en est-il de la situation financière du milliardaire ?

Notre enquête démontre que les finances sont un peu tendues, à tel point que l'homme d'affaires sera obligé de faire des arbitrages. Déjà propriétaire de la gare du Nord et de la gare Saint Lazare, Bernard Arnault sera très probablement obligé de les vendre pour rentrer dans ses frais. Il sera certainement également contraint de vendre les propriétés de la rue de Vaugirard qu'il avait déjà achetées il y a quelques années s'il veut éviter une hypothèque.

 

Dans un débat entre Eric Zemmour et le député marcheur Frédéric Decrozaille, ce dernier révèle une information explosive qui a fait son petit effet dans les médias et sur les réseaux sociaux. Selon ce dernier, des agriculteurs vivraient bien avec cette somme.

On ne peux que l'approuver, la rédaction vous apporte ses conseils et vous indique tout ce que vous pouvez faire avec une somme d'une telle importance.

 

1 - L'alimentation. Vous pouvez vous nourrir de manière particulièrement luxueuse, surtout si vous choisissez de vous alimenter une ou deux fois par semaine.

2 - Le logement. Avec cette somme particulièrement rondelette, vous avez largement les moyens de vous acheter une tente.

3 - Les impôts. Avec une tente, vous n'avez même plus à payer de taxe foncière, de taxe d'habitation ou de loyer. A vous les économies !

4 - Les vacances. Vous pouvez poser votre tente partout, le monde est à vous. Achetez vous de bonnes chaussures de marche.

5 - Le chauffage. Achetez vous une hache et allez couper du bois, vous devriez avoir assez d'argent pour vous acheter un journal et une boite d'allumettes.

6 - L'hygiène. En ces périodes de Coronavirus, on vous déconseille de vous laver mais si vous y tenez malgré tout, utilisez les toilettes de votre voisin ou une fontaine quelconque dans la ville d'à côté.

7 - Pouvoir d'achat. Rassurez vous, avec le Covid 19, les prix baissent et votre pouvoir d'achat déjà important va s'en trouver encore favorisé.

 8 - La mobilité. Après quelques années d'économies, vous pourrez vous acheter une petite mobylette d'occasion pour vos déplacements avec un kilométrage raisonnable d'environ 180 000 kms.

9 - La retraite. Une fois à la retraite, vos charges diminueront encore. Votre situation financière se rapprochera de celles des capitaines d'industrie.

 

En suivant ces quelques conseils, nous espérons que vous arriverez à gérer au mieux une somme de cette importance. Gardez la tête froide et ne vous laissez pas gagner par la folie des grandeurs.

 


 

Jeff Bezos, le patron et créateur d'Amazon l'a révélé hier à la télévision américaine. Une incroyable innovation qui va révolutionner la vie des clients de l'entreprise. La France sera le pays pilote de cette nouvelle expérience. Nous vous en donnons les détails.

"Amazon avait pris les devants et sentit le vent tourner" commence fièrement Jeff Bezos. "Depuis un moment les mangeurs de grenouilles français nous cassaient les pieds avec leurs règlements de merde, c'est là que j'ai eu l'idée d'imaginer la livraison par canon militaire directement chez les clients. Désormais, la technologie nous le permet".

En effet, l'entreprise a beaucoup travaillé et fait fabriquer des dizaines de canons pour la France. Le livreur sera donc inutile, le colis arrivera directement à domicile et sera expédié juste après la validation du paiement.

Alors comment cela fonctionne en pratique ?

Le client sera averti de la prochaine expédition de son colis, par l'intermédiaire de Google maps, il laissera une fenêtre ouverte définie à l'avance pour que le colis arrive directement dans l'appartement. Ceux qui ont un extérieur peuvent opter pour leur jardin. Pour autant, les plus gros produits ne sont pas oubliés puisque des catapultes seront aussi utilisés.

"Le colis sera expédié à une vitesse d'environ 800 kmh, ce ne sera pas de l'instantané mais presque" affirme le patron de la société.

Il faut nuancer tout de même car quelques éléments peuvent contrarier la fiabilité de cette nouvelle technique. En effet, le colis pourrait rencontrer un avion un deltaplane ou un hélicoptère, et être détourné de l'adresse de son destinataire et attérrir chez quelqu'un d'autre. De plus, l'entreprise n'a pas trouvé de solutions pour éviter ces chocs malencontreux. A cette vitesse, la miniature d'un Airbus mettra peut être à terre l'exemplaire original !

Autre problème, si vous oubliez d'ouvrir la fenêtre ou le volet... Le colis sera abîmé ou n'arrivera peut être pas, ou votre fenêtre éclatera en mille morceaux..

Jeff Bezos évoque encore une situation : "Si vous vous trouvez dans la pièce au moment de la livraison du colis, ce dernier pourrait bien être le dernier de votre existence". Toutefois, le patron nuance ses propos "Ce ne sera pas si fréquent, en plus en France les gens balancent des tas d'objets par la fenêtre comme des réfrigérateurs.. Ce ne sera pas si grave donc si un client prend un four à micro-ondes ou un fer à repasser en pleine gueule".

Et puis le risque zéro n'existe pas. Avec ce nouveau mode de livraison, Amazon pourra reprendre l'expédition de tous types de produits et contournera la décision de la justice.

 

 

Alors qu'Edouard Philippe se trouvait dans les Vosges ces jours derniers avec une bouteille de rouge qu'il finissait au goulot, le premier ministre a choisi de faire une annonce surprenante. Partant d'un constat où le nombre de licences 4 est passée de 200 000 à 40 000 en quelques dizaines d'années, Edouard Philippe compte offrir 10 000 à 15 000 licences gratuites pour les communes de moins de 3 500 habitants.

Une bonne façon de redynamiser les campagnes, d'autant plus que la  mesure s'accompagne d'une bonne nouvelle pour les français puisqu'un bon d'achat de 300 € par an et par habitant permettra aux citoyens de se bourrer la gueule dans le bar de leurs villages.

Alors que le premier ministre finissait son litron de rouge et qu'il était déjà un peu gris, nous avons cru comprendre que la mesure annoncée permettrait de retrouver une ambiance beaucoup plus conviviale dans un pays qui en a bien besoin.

 


 

"Les français doivent renoncer à leurs RTT et travailler plus, notamment pour construire mon nouveau manoir".

Le patron des patrons a fait cette annonce tonitruante qui a fait prendre conscience aux français de la fragilité de la situation économique en général et de celle de Geoffroy Roux de Bezieux en particulier.

Depuis sur les réseaux sociaux, un tsunami de solidarité se met en route pour aider le patron des patrons. Sur la plateforme "j'aide Geoffroy", des millions de français annoncent renoncer à leurs RTT et se proposent de travailler dans le Lubéron pour construire la nouvelle demeure du patron du MEDEF. Ce dernier fait part en effet de ses difficultés à trouver du personnel qualifié et volontaire prêt à travailler 12 heures par jour.

La bâtisse prévue, 70 pièces et 2500 M2 environ disposerait d'un jardin de 15000 M2 entièrement aménagé.

Pour autant, le représentant du MEDEF n'est pas ingrat, il propose à tous ceux qui travailleront sur le chantier une salade quotidienne. Une mesure entièrement financée grâce aux dons des RTT des français.

La générosité du patron du MEDEF sort encore renforcée quand celui-ci indique que "si le manoir est terminé et qu'il reste encore des RTT, je propose aux français concernés de faire partie de mon personnel de maison".

 


 

 

La caisse d'épargne a toujours eu un amour inconditionnel pour les écureuils, un amour particulièrement suspect qui se rapprochait même du fétichisme selon certains observateurs. Tout le monde se souvient des affaires passées qui avaient démontré que la banque utilisait des écureuils dans les plats de ses cantines sordides mais aussi faisaient travailler des écureuils dans ses agences, une main-d’œuvre bon marché puisque gratuite. La banque avait été condamnée par la justice (sur une plainte de la SDEG, société de défense des écureuils et des glands) à leur donner un salaire de vingt noisettes par jour, ce qui avait augmenté considérablement les charges salariales et poussé la société au bord de la faillite.

Mais aujourd'hui l'établissement revient à la charge et souhaite embaucher des écureuils comme conseiller itinérant non affiliés à une agence, une mesure qui fait scandale une fois de plus.

Mis à part le fait que le travail des écureuils n'est pas clairement défini dans le code du travail, c'est surtout la notion de conseiller itinérant qui intrigue. Cela signifierait que sur un simple appel d'un gland client pour un rendez-vous, l’écureuil se déplacerait pour n'importe quel motif et sans remboursement de ses frais kilométriques. La banque fait face à une nouvelle polémique avec cette décision incomprise qui sent bon le retour de l'esclavage moderne.

 

 

 

Alors que le Coronavirus touche la France de plein fouet, on en sait un peu plus sur la loi d'urgence sanitaire qui a été votée ce week-end. C'est dans le Parisien que la ministre du travail Muriel Pénicaud lève un peu le voile sur ce qui attend les salariés.

"On profite du fait que les français aient acheté des stocks de vivres en tous genres pour leur annoncer que le Covid 19 fait beaucoup de mal à l'économie, et que nos concitoyens doivent être conscient de ces difficultés et faire des efforts pour y remédier au plus vite".

"Nous allons être obligés de supprimer les congés payés et les salaires pour 6 mois afin de rétablir l'économie, les français ont  fait des stocks qui doivent leur permettre de tenir jusque là".

Consciente des incompréhensions que risquent de créer cette loi, la ministre se justifie de façon un peu maladroite :

"En politique nous avons parfois des problèmes d'emplois fictifs et là nous demandons aux français d'accepter d'avoir des salaires fictifs, c'est amusant quand on y pense. Nos concitoyens doivent garder le sens de l'humour et cette décision a le mérite de les préparer à la future disparition des retraites qui aura lieu un jour ou l'autre".

 

 


 

En pleine période de conflits sociaux et d’inquiétude sur la future disparition des retraites, le ministère du travail dévoile les résultats d’une étude commandée par lui-même.

Selon cette étude, il ressort que travailler plus permet de sentir bon, d'être plus beau, plus gentil et également d'augmenter son pouvoir d'attraction auprès de l'autre sexe.

Muriel Penicaud s'est déplacée en Chine avec une vingtaine de personnes du ministère ainsi que des scientifiques pour étudier les conditions de travail des enfants salariés chinois. Il ressort que les bienfaits sur la santé physique et cérébrale des salariés se manifeste après une journée de 18h de travail sans interruption à l'usine.

Shan, une salariée confie aux scientifiques son bonheur de travailler dans une usine bruyante active toute la journée pour un salaire de merde plus que correct. Entourée par des membres du ministère du travail français mais aussi par les équipes du gouvernement chinois, Chan a pu s'exprimer en toute liberté.

Chan confie ne se laver qu'une seule fois à la fin de sa période hebdomadaire de travail de 108 heures parce qu'avant ce n'est pas la peine, l'amour du travail bien fait, le dévouement de soi lui procure des phéromones du bonheur. Quand la ministre l'interroge pour savoir si son petit ami la trouve plus attirante, Chan répond que oui mais que tous les hommes lui courent après, même son père et que pour tout assumer il faut avoir la santé.

Muriel Pénicaud évoque alors le rallongement des heures de travail pour ses équipes rapprochées en notant les multiples vertus du boulot.

 


 

C'est un Jean-Michel Blanquer inquiet qui nous reçoit dans son bureau. Une arme à feu est posée non loin de lui et le ministre nous indique qu'il s'en servira si nous nous approchons à moins d'un mètre de lui. Nous voilà informés.

Le ministre nous commente la décision du président de la république sur la fermeture de tous les établissements scolaires à partir du lundi 16 mars.

"Moi je n'étais pas d'accord pour que ces petits cons les élèves ne retournent pas à l'école parce qu'ils vont continuer à m'emmerder. Alors j'ai proposé une alternative au président".

Avec fierté le ministre poursuit :

"J'ai demandé au président de les envoyer à l'usine pour remplacer les ouvriers. D'abord ça va soutenir l'économie et ensuite on va les occuper. Il n'y a pas de raison que ces petits merdeux aient des congés sans devoir de vacances".

Le ministre confie que dès qu'il évoque le sujet de l'économie avec le président Macron, ce dernier a les yeux qui s'allument. "Il a trouvé mon idée lumineuse" s'exclame le ministre en se recoiffant.

Sur la question du calendrier ce n'est pas trop tard apparemment. Jean-Michel Blanquer nous informe que les élèves devront aller travailler dans l'usine la plus proche de chez eux pour un salaire de 1 € de l'heure.

"Qu'ils s'estiment heureux, on va les payer déjà, 1 € de l'heure ça suffit largement pour s'acheter une barquette de frites pour le déjeuner, et en plus travailler à l'usine, c'est bon pour la santé".

C'est sur ce commentaire que le ministre nous vise avec son arme et que nous quittons le ministère précipitamment.

 


 

Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement consciente de la grande difficulté des français à joindre les deux bouts propose une idée lumineuse pour permettre à ces derniers de s’en sortir un peu mieux.

"On ne peut pas augmenter les salaires ni les retraites, par contre les français peuvent choisir de consommer des aliments moins chers, d’abandonner le homard ou le caviar pour du jambon-coquillettes ou encore un kébab, c’est juste du bon sens".

D’après les calculs de la porte-parole, choisir cette alimentation de temps en temps permettrait de limiter le coût de l’alimentation à 60 € par jour en moyenne, soit à peine 1800 € par mois et par personne.

Sibeth Ndiaye continue : "la même logique peut être appliquée aux voyages, pas plus d’un tour du monde dans l’année et deux ou trois croisières maximum".

Une mesure de bon sens qui si elle était appliquée, permettrait de favoriser nettement le pouvoir d’achat, les gilets jaunes n’auraient plus aucun motif pour poursuivre leurs actions néfastes.