La France manque de pétrole, mais pas d'idées. Un nouveau filon de l'économie vient d'être découvert grâce à la canicule et la toute première embauche dans ce secteur vient d'être réalisée. L'une des plus grosses feignasses du pays débute une carrière dans le brassage de l'air, une idée intéressante qui allie économie et écologie. Détails.

Voici la preuve que votre site d'informations préférée a une influence considérable en France et dans le monde, car grâce à notre article, Marjorie a trouvé un travail correspondant plus à ses compétences. La jeune femme a été embauchée par une entreprise après avoir été virée par la précédente.

Alors que nous n'avions donné aucune information permettant de retrouver Marjorie, elle a finalement été identifiée comme étant l'une des "plus grosses feignasses du pays qui n'en branle pas une" par son employeur. Quelques mois après, son entreprise a fini par la virer, mais par chance, la jeune femme a retrouvé un travail de brassage d'air.

"Après avoir été virée, je cherchais à m'acheter un climatiseur quand je suis tombée sur une offre d'emploi. Je n'en croyais pas mes oreilles, une entreprise qui voulait faire des économies de climatisation et d'éléctricité souhaitait embaucher un branleur le plus vite possible. J'ai immédiatement envoyé un CV".

 

Un poste plus technique qu'il n'y parait

 

"C'est un poste très actif puisque je suis munie de patins à roulettes et mon rôle est de rouler le plus vite possible dans les couloirs et les bureaux. Je dois aussi agiter mes bras rapidement comme un oiseau qui aurait la tremblante du mouton" affirme Marjorie.

D'après notre enquête au sein de l'entreprise, les collègues de Marjorie sont satisfaits de son travail mais avoue la connaitre très peu comme le confie Valentin "Oui Marjorie, elle a l'air sympa mais on ne peux jamais discuter avec elle. Dès que je commence à dire bonjour Marj... elle a déjà disparue pour ventiler une autre partie de la société".

 

Un métier à risques

 

Le métier de Marjorie est donc devenu encore plus tendance avec le conflit en Ukraine car les prix de l'électricité augmente. "On a donc trouvé un système de climatisation efficace, pas trop cher et totalement écologique" se félicite le patron de la société. Depuis, de nombreuses entreprises recherchent des branleurs brasseurs d'air pour se rafraîchir. Mais il faut savoir que l'activité n'est pas sans risques :

"Depuis que j'ai commencé, j'ai eu plusieurs accidents. D'abord de me cogne régulièrement dans les murs malgré le fait d'avoir passé le permis de conduire. Ensuite dans ma société, il y a des escaliers et il m'est arrivé de les descendre plusieurs fois et de m'écraser régulièrement contre le mur en face parce que j'avais mal négocié mon virage. Maintenant ça va mieux car je suis équipé d'airbags et d'un casque".

Autre risque inhérent, il faut faire attention à son matériel de bureau. Un autre salarié a perdu son ordinateur, son imprimante et tous ses dossiers qui sont passés par la fenêtre après le passage de Marjorie. "Je n'avais pas fait attention, c'était lundi et je revenais de congés. Il y a eu un souffle d'air énorme et tout le matériel est passé par la fenêtre ainsi que mes effets personnels".

Depuis la société a pris la décision de visser les imprimantes au sol, les ordinateurs au bureau et concernant les dossiers, le personnel doit s'asseoir dessus car les horaires de passage de Marjorie sont variables. "On ne peux jamais savoir quand elle va passer, fais chier" indique Jocelyne une salariée sous couvert d'anonymat.